•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AFO embauche deux avocats pour un possible recours contre Doug Ford

Photo de deux hommes en complet portant des lunettes; l'un a les cheveux noirs, l'autre, blancs.
Les deux avocats embauchés par l'AFO : Mark Power (à g.) et Ronald Caza. Photo: Radio-Canada/Juristes Power
Radio-Canada

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) retient les services des avocats Ronald Caza et Mark Power pour « analyser la possibilité de demander une révision judiciaire » de l'annulation par le gouvernement de Doug Ford du financement du projet d'Université de l'Ontario français.

Selon un communiqué de l'AFO, les deux avocats réputés dans les causes francophones doivent aussi se pencher sur la loi 57, qui retire l’indépendance du Commissariat aux services en français en le plaçant sous l’égide de l’ombudsman de l’Ontario.

L’Université de l’Ontario français souffle aujourd’hui sa première bougie, mais malheureusement, elle doit se battre pour sa survie. Il n’est pas trop tard pour trouver une solution permettant à l’institution de poursuivre ses activités après le 15 janvier.

Carol Jolin, président de l'AFO

Me Caza est bien connu entre autres pour la bataille qu'il a menée, avec succès, contre la fermeture par l'ancien gouvernement de Mike Harris de l'hôpital francophone Montfort, à Ottawa, dans les années 1990.

M. Jolin presse les conservateurs ontariens de déposer une demande d'aide financière pour l'Université auprès des libéraux de Justin Trudeau à Ottawa.

L'organisme a envoyé une lettre à cet effet à tous les députés conservateurs ontariens.

La ministre fédérale des Langues officielles, Mélanie Joly, s'est montrée ouverte à l'idée d'une aide financière. Elle a cependant précisé que le gouvernement ontarien devait d'abord lui proposer un plan chiffré.

Pas de rencontre avec Caroline Mulroney

Aucune date n'a encore été fixée pour une autre rencontre entre l'AFO et la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, souligne l'organisme francophone.

M. Jolin avait eu un tête-à-tête à la fin novembre avec la ministre et le premier ministre Doug Ford, mais sans réussir à les convaincre d'annuler les compressions en francophonie.

Le gouvernement Ford maintient qu'il doit faire des choix difficiles, y compris annuler le projet d'université que les conservateurs avaient pourtant soutenu en campagne électorale, compte tenu du déficit provincial de près de 15 milliards de dollars.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale