•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté zéro déchet réinvente Noël

Des tissus de furoshiki
Des tissus de furoshiki Photo: Radio-Canada / ICI Estrie/Vanessa Cournoyer-Cyr
Camille Feireisen

Les adeptes du zéro déchet à Toronto ont organisé leur sixième rassemblement annuel dimanche dernier pour inciter les résidents de la Ville Reine à réduire leur empreinte écologique durant le temps des Fêtes. Outre des cadeaux de seconde main, il y avait aussi des ateliers pour présenter des techniques d'emballage à base de biens réutilisables.

La technique japonaise du furoshiki reprend le troisième grand principe du zéro déchet : réutiliser tout ce qui peut l'être. Il suffit de prendre un foulard, un morceau de chiffon, tout ce qui se trouve sous la main, explique Sophi Robertson, qui tient le compte Instagram @YourEcoFriend.

On n'utilise pas de ruban adhésif, ajoute Mme Robertson, mais des ficelles, du papier recyclé comme des journaux, des magazines, tout ce qu'on a déjà chez soi, en somme.

Pour décorer l'emballage, elle conseille de prendre des matériaux naturels, tels que des feuilles tombées des arbres, des pommes de pin ou des baies. Le tout sera rendu à mère Nature une fois le cadeau déballé.

La technique du furoshiki japonais pour emballer vos cadeaux avec un foulardLa technique du furoshiki japonais pour emballer vos cadeaux. Photo : Radio-Canada

Réinventer le sens d'offrir

Agnès Le Rouzic, porte-parole de la campagne Océans, plastique de Greenpeace, rappelle de son côté que le recyclage doit rester l'une des dernières étapes, à éviter autant que possible.

Au Canada, on ne recycle que 10 % à 16 % du plastique récupéré dans les usines de recyclage et le reste s'en va à l'enfouissement ou l'incinération. Parmi les pays de l’OCDE, de 20 pays à niveau de consommation égale, le Canada a le plus de déchets par habitant, affirme-t-elle.

Aussi préconise-t-elle de privilégier les cadeaux immatériels, d'éviter les emballages autant que possible ou encore de préférer les cadeaux en bois achetés chez des producteurs locaux pour les enfants.

Les cinq règles des zéro déchet : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composterLes cinq règles des zéro déchet Photo : Radio-Canada

ême son de cloche de la part de la responsable de l’engagement citoyen à la Fondation David Suzuki, Julie Roy, qui prône les cadeaux immatériels. Ça peut être un abonnement magazine, une place de concert..., énumère-t-elle.

Il y a tellement d’étapes avant le recyclage. Je suis consciente que tout le monde n’est pas prêt à aller magasiner ses cadeaux de Noël au Renaissance ou au Village des Valeurs, mais c’est la première étape : on n’est pas obligé d’acheter du neuf.

Julie Roy, responsable de l'engagement citoyen à la Fondation David Suzuki
Un emballage fait durant l'atelier de la communauté zéro déchet à Toronto dimanche 16 décembre. papier recyclé, cerises réelles, ficelleUn emballage fait durant l'atelier de la communauté zéro déchet à Toronto, le 16 décembre. Photo : Radio-Canada

D'autant plus que, selon elle, la crise du recyclage qui touche actuellement le Québec se remarque également dans ces structures.

Les Village des Valeurs et les Renaissance sont aussi submergés d'objets qui ne sont pas en bon état, comme du linge, et qui sont invendables. Même le centre de recyclage Certex, qui s'occupe du tissu, a du mal à traiter tout ce qui se retrouve chez eux, souligne-t-elle.

Sans limiter les festivités pour autant, elle estime que restreindre le nombre de cadeaux est la première étape à suivre si on veut réduire son empreinte écologique.

Introduire la conversation sur la surconsommation et le minimalisme amène une discussion vraiment intéressante, je trouve, car ce n'est pas une approche qui paralyse ou prive. Ça ramène plutôt vers quelque chose d'authentique, on remplace les cadeaux matériels par des moments passés ensemble, pense-t-elle.

Consommation

Société