•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle rupture de services en chirurgie à l’Hôpital de Maniwaki

Instruments chirurgicaux pour procéder à une greffe d'organes.
C'est la troisième fois en un mois que l'Hôpital de Maniwaki suspend ses activités chirurgicales générales. Photo: Getty Images / Hero Images

Il n'y a aucun chirurgien généraliste de garde à l'Hôpital de Maniwaki depuis vendredi matin et jusqu'au 23 décembre 17 h, a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais. C'est la troisième rupture de services du genre depuis novembre au centre hospitalier.

Selon un communiqué envoyé par le CISSS, les personnes nécessitant des soins en traumatologie seront redirigées vers l’Hôpital de Mont-Laurier durant cette interruption de services de 10 jours.

Le bloc opératoire restera cependant en partie ouvert, puisqu’on pourra encore procéder à des chirurgies spécialisées d’ici au 23 décembre.

Les femmes devant accoucher n'auront pas d'autre choix que de se rendre aux hôpitaux de Gatineau, de Mont-Laurier ou à Maniwaki en fonction de leur condition clinique.

Une soixantaine de personnes, dont des élus de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, se sont présentées à la réunion du conseil d’administration du CISSS pour réclamer la démission de son président directeur général, Jean Hébert.

Selon les contestataires, le CISSS de l'Outaouais ne tient pas suffisamment compte des besoins ruraux de leur région.

L’Hôpital de Maniwaki a dû suspendre ses chirurgies à deux reprises dans le dernier mois : une première fois du 16 au 20 novembre, puis du 3 au 7 décembre.

Le CISSS a indiqué qu’il poursuivait ses démarches pour corriger la situation à travers des activités de recrutement et des discussions intensives [...] avec le ministère de la Santé et des Services sociaux et la Fédération des médecins spécialistes [...].

Ottawa-Gatineau

Soins et traitements