•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plus grande aire boréale protégée du monde sera agrandie

Le parc national Wood Buffalo.

Le plus grand barrage des castors du monde se trouve dans le parc national Wood Buffalo, site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Photo : Parcs Canada

Radio-Canada

L'Alberta veut élargir l'aire protégée autour du parc national Wood Buffalo, situé dans le nord-est de la province et qui s'étend dans les Territoires du Nord-Ouest. Cet agrandissement aiderait grandement les populations locales de caribous et de bisons, selon une spécialiste de la conservation de la faune.

Un texte de Mirna Djukic

L’Alberta veut faire de nouveaux parcs provinciaux au sud du parc national Wood Buffalo pour protéger 166 000 hectares de forêt boréale. C’est la Première Nation crie de Mikisew qui a suggéré cet emplacement, qu’elle croit stratégique pour la préservation des espèces.

« C’est un pas important vers la réconciliation », croit le chef Archie Waquan. « Ça montre que des choses positives peuvent arriver en Alberta, quand l’industrie et le gouvernement écoutent les Premières Nations. »

La superficie totale de ces nouveaux parcs serait supérieure à celles combinées de Calgary, d'Edmonton, de Fort McMurray et de Red Deer. C’est néanmoins un ajout modeste pour la plus vaste forêt boréale protégée du monde, qui fait 6,7 millions d’hectares.

Plusieurs agrandissements depuis 2016

Le parc national Wood Buffalo fait partie du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Il abrite le plus gros troupeau de bisons des bois sur terre et constitue le seul habitat de reproduction de la grue blanche, un oiseau menacé. L'UNESCO a publié un rapport inquiétant sur la fragilité de ce parc en 2016, ce qui a incité les gouvernements et les groupes environnementaux à se mobiliser. En mai 2018, l'Alberta a relié le parc national à plusieurs parcs provinciaux pour en faire la plus grande aire boréale protégée du monde.

Cela ne signifie pas que l’initiative est sans importance, affirme Carolyn Campbell, spécialiste de la conservation de la faune à l'Alberta Wilderness Association.

Les aires suggérées par les Cris de Mikisew recoupent une partie importante du territoire de deux populations de caribous forestiers, une espèce menacée.

Les parcs ajoutés à l’est protégeraient environ 560 kilomètres carrés du territoire fréquenté par la population boréale de Richardson Lake, selon Carolyn Campbell. « C’est un bon ajout à leur habitat qui serait protégé des perturbations industrielles », estime-t-elle. Ces terres ont aussi l’avantage d’être assez proches de la partie inférieure de la rivière Athabasca, « un corridor de migration dont dépendent des centaines d’espèces et des millions d’oiseaux ».

Vue d'oiseau sur un troupeau de bisons qui marche dans la neige.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le bison des bois est une espèce importante pour l'alimentation et la culture des communautés autochtones en Alberta.

Photo : Gouvernement de l'Alberta

Les parcs ajoutés à l’ouest donneraient un peu plus d’espace à la population de caribous de Red Earth, mais ils bénéficieraient principalement au bison des bois, une espèce endémique au Canada et en Alaska. « Ça couvrirait une portion importante du territoire de la population de bisons de Ronald Lake », affirme Carolyn Campbell. « C’est une population exempte de maladies, qui est très importante pour les communautés autochtones locales. »

Les populations de bisons qui vivent dans le parc national Wood Buffalo sont touchées par des épidémies de brucellose et de tuberculose bovine, et sont donc considérées par les Premières Nations comme impropres à la consommation.

Consultations

Le gouvernement provincial tiendra des consultations pendant environ 30 jours pour discuter de son plan d'exécution, mais il a déjà reçu l’appui du Conseil tribal de l'Athabasca qui représente cinq communautés autochtones. Les compagnies Teck, Cenovus et Impériale ont par ailleurs accepté de renoncer aux permis d’exploitation minière et des sables bitumineux qu’ils détenaient sur une partie des terres.

Alberta

Protection des espèces