•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chambre de commerce du Canada appuie la taxe sur le carbone

Hautes cheminées rouges et blanches crachant de la fumée.

Des gens d'affaires appuient la taxe sur le carbone pour réduire les GES.

Photo : Reuters / Peter Andrews

La Presse canadienne

Le plus important groupe d'entreprises au Canada croit que la taxe sur le carbone est le moyen le plus efficace de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Dans un rapport publié jeudi, la Chambre de commerce du Canada indique qu'il existe un consensus au pays sur la nécessité de faire quelque chose pour lutter contre les changements climatiques. Le débat ne devrait donc pas être de savoir si, mais comment cela se réalisera.

Aaron Henry, directeur des ressources naturelles et de la politique environnementale de la Chambre, a confirmé que les entreprises qui composent ses membres conviennent que le prix du carbone est le moyen le plus efficace de le faire.

Il ajoute que ses membres sont très favorables à cela, qu'« ils sont heureux de le faire ». Ils applaudissent même les directives du gouvernement canadien à ce sujet.

Plus d'incertitudes

M. Henry a précisé que ce que les membres de la Chambre ne veulent pas, c'est d'autres années d'incertitude où les entreprises ne sont pas au courant des politiques qui seront adoptées l'année suivante pour réduire les émissions de carbone.

Les entreprises ne souhaitent pas la création de couches de réglementations environnementales à la tarification du carbone, selon lui. Cela ajouterait des exigences inefficaces moins flexibles que les prix du carbone.

Le plan d'action du gouvernement fédéral sur les changements climatiques comprend un prix national du carbone, mais il élabore également des normes relatives aux carburants propres, de nouveaux codes de construction écoénergétiques et une suppression progressive de l'utilisation du charbon pour produire de l'électricité.

Les règles relatives à l'élimination du charbon ont été finalisées cette semaine. Elles prévoient des normes d'émissions strictes pour les centrales au charbon. Ainsi, seule une des 15 centrales restantes au Canada pourra fonctionner au-delà de l'échéance de 2029.

La centrale au charbon de Boundary Dam, en Saskatchewan, utilise une technologie de captage et de stockage du carbone qui piège les émissions de carbone dans le sol plutôt que de les rejeter dans l'atmosphère.

Changer ou fermer

Les 14 autres centrales de l'Alberta, de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse devront se convertir à d'autres sources de combustible, introduire la technologie de captage du carbone ou fermer avant la fin de 2029.

Le rapport de la Chambre de commerce indique que les réglementations environnementales, qui imposent des actions spécifiques, peuvent obliger les entreprises à dépenser pour se conformer aux réglementations.

Selon le rapport, il serait préférable de leur permettre de déterminer les moyens les plus économiques et les plus simples de réduire les émissions, et donc de réduire leurs coûts liés à la taxe sur le carbone.

En d'autres termes, la Chambre a déclaré que la flexibilité offerte par le prix du carbone en faisait le moyen le plus efficace de réduire les émissions.

Changements climatiques

Économie