•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président mexicain a discuté avec Trump d'un plan pour ralentir les migrations

Le nouveau président du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador a fait une proposition au président Trump dans le but de diminuer la migration.
Le nouveau président du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador au Palais national à Mexico. Photo: Reuters / Edgard Garrido
Agence France-Presse

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a discuté mercredi par téléphone avec le président américain Donald Trump d'un plan d'investissement en Amérique centrale pour ralentir les migrations, a-t-il indiqué jeudi.

« Cela été une conversation très amicale, respectueuse », a expliqué M. Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne au Palais national à Mexico.

Nous avons parlé du thème migratoire et de la possibilité de parvenir à un accord d'investissement pour appuyer des projets productifs et créer des emplois dans les pays d'Amérique centrale et dans notre pays afin que les gens n'aient plus la nécessité de migrer.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador

« Je lui ai indiqué que nous disposons d'un plan, intégré au budget qui sera présenté samedi [au Congrès mexicain], de 5 milliards de dollars », a précisé celui que l'on surnomme AMLO, suivant ses initiales.

« Il m'a invité et je suis prêt à aller à Washington, mais je crois que pour lui comme pour nous, il faut qu'il y ait un motif et je crois que le plus important sera de signer cet accord », a-t-il affirmé.

Selon AMLO, le sujet du mur à la frontière américano-mexicaine n'avait pas été évoqué lors de leur conversation téléphonique.

Jeudi, au lendemain de leur conversation, M. Trump a écrit sur Twitter qu'avec l'argent économisé grâce au nouveau traité de libre-échange entre les États-Unis, le Mexique et le Canada, « LE MEXIQUE EST EN TRAIN DE PAYER POUR LE MUR! »

Le plan d'investissement mexicain, lancé en accord avec le Guatemala, le Salvador et le Honduras, vise à créer un fonds pour financer des programmes de développement qui généreront de l'emploi pour combattre la pauvreté en Amérique centrale.

Un plan Marshall

Le gouvernement d'AMLO a comparé ce programme au plan Marshall, un programme américain d'aide à l'Europe mis en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il cherche désormais à obtenir l'appui des gouvernements américain et canadien.

Pour M. Lopez Obrador, ce plan est « d'une importance égale, voire supérieure au traité de libre-échange » signé entre les trois partenaires après de difficiles négociations, a-t-il assuré devant la presse.

Le continent américain a été le théâtre en 2018 d'une vague de migrations sans précédent avec notamment l'arrivée à la frontière américano-mexicaine d'une caravane de 7000 migrants, principalement honduriens, fuyant la pauvreté et la violence dans leur pays.

Politique internationale

International