•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un avocat de Rockland sous enquête pour fraude se trouve sous le soleil de Punta Cana

Une photo de Stéphane Langlois tirée de Facebook

Stéphane Langlois, avocat de Rockland

Photo : Facebook

CBC

« Je ne me cache pas, je ne me sauve pas », insiste Stépane Langlois. Les images sur les réseaux sociaux qui montrent la vie de l'avocat suspendu à Punta Cana, en République dominicaine, ont toutefois provoqué la colère des victimes présumées qui ont perdu environ 3,5 millions de dollars des comptes en fiducie qu'il gérait.

L’homme de 47 ans est au coeur d’enquêtes de la Police provinciale de l’Ontario (PPO) et du Barreau de l’Ontario.

J’ai un passeport et j’ai le droit de voyager, s’est défendu le natif de Rockland, lorsque joint au téléphone par CBC dans la station balnéaire.

Les enquêtes ont commencé en 2016, après que des employés à son propre cabinet, Charron Langlois LLP, eurent contacté le Barreau de l’Ontario pour enquêter sur M. Langlois et en particulier, sur l’état des comptes en fiducie du cabinet.

Le Barreau a suspendu la licence de M. Langlois après une audience où un enquêteur a présenté des preuves selon lesquelles des comptes qui auraient dû détenir près de 4 millions de dollars en fiducie de plusieurs clients avaient chuté à 220 000 $.

Le Barreau n'accorde qu'une indemnisation limitée, mais n'a pas encore conclu une seule des demandes de règlement faites par plus d'une douzaine d'anciens clients.

En attendant, la police continue son travail. Ces enquêtes prennent du temps, indique André Duval, un enquêteur de l’unité antifraude de la PPO. Il dit qu’il est difficile de savoir quand, ou même si, le cas mènera à des accusations.

Si c’est le cas, mentionne M. Duval, un mandat d’arrêt sera émis, mais en attendant, les suspects sont libres d’aller et venir à leur guise.

Nouvelle vie, nouvelle femme

Depuis le début de l’enquête, Stéphane Langlois a passé la majorité de son temps à l’extérieur du pays avec sa nouvelle femme. Il a voyagé en Russie, d’où sa femme est originaire, et plus récemment, en République dominicaine.

Un article publicitaire est récemment paru dans la publication Best of Punta Cana au sujet de sa femme, en tant que mère entrepreneure et propriétaire d’un nouveau restaurant.

Le texte faisait mention qu’en plus d’avoir un nouveau restaurant, The Loft, avec son mari [elle] gère aussi une agence de voyages.

La page Facebook de l’établissement a reçu des messages de résidents de Rockland fâchés, incluant des victimes potentielles. Plusieurs suggéraient que l’avocat suspendu avait fui ses responsabilités.

Au téléphone, M. Langlois mentionne que sa femme et lui ne possèdent pas le restaurant, mais qu’ils aident un ami à le gérer. La page Facebook a toutefois attiré tellement de commentaires hostiles à leur endroit qu’elle a été désactivée.

Pas de jugement trop hâtif, plaide Stéphane Langlois

Des fois, tu fais des erreurs, mais qui sont-ils pour juger, demande Stéphane Langlois. Il dit compatir avec ses anciens clients, mais que personne ne devrait tirer de conclusions à propos de son rôle dans la disparition de l’argent jusqu’à ce que l’enquête soit complétée.

Il ajoute que ses parents et ses trois enfants, qui vivent encore à Rockland, ont souffert d’intimidation en raison de leur lien avec lui.

L’avocat suspendu affirme coopérer pleinement avec la police et le Barreau dans leurs enquêtes, tout comme dans le cas des poursuites au civil intentées contre lui depuis que sa licence a été suspendue.

Parmi celles-ci, on retrouve une poursuite de 4,6 millions de dollars, qui implique 48 prêts séparés dont M. Langlois s’est occupé, intentée par un ancien client qui utilise le nom 4381840 Canada Inc.

Ottawa-Gatineau

Crimes et délits