•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le camp Canawish de Rivière-Ouelle a besoin de 50 000 $

Jean-Denis Guignard
Le président-directeur général du camp Canawish Jean-Denis Guignard confirme que le camp sera ouvert en 2019. Photo: Radio-Canada / Patrick Bergeron
Radio-Canada

Le camp Canawish qui accueille des jeunes avec une déficience intellectuelle rouvrira ses portes en 2019. D'ici là, les dirigeants souhaitent recueillir 50 000 $ dans la communauté pour compenser la perte d'une subvention gouvernementale.

Un texte de Patrick Bergeron

La fermeture du camp l'été dernier a fait perdre la subvention du gouvernement du Québec pour 2018 et 2019. Cependant, dès 2020, le camp pourra recevoir à nouveau une aide financière du provincial.

Selon le président-directeur général du camp, Jean-Denis Guignard, l'objectif de 50 000 $ est réaliste. Il rappelle que de nombreuses personnes ont dénoncé la fermeture du camp en 2018. Pour lui, il est temps que les résidents du Kamouraska passent de la parole aux actes.

Que ce soit une aide financière, du temps ou en contribution de services, nous allons accueillir l'aide qui nous sera offerte.

Jean-Denis Guignard, président-directeur général, Camp Canawish
L'affiche du Camp Canawish située à l'entrée du terrain.Le président et directeur général, Jean-Denis Guignard, affirme que les incitatifs pour attirer des travailleurs au camp ont été bonifiés. Photo : Camp Canawish

Jean-Denis Guignard se veut toutefois rassurant. L'obtention de ce montant n'est pas un prérequis pour la reprise des activités en 2019. Il confirme toutefois que de nombreuses améliorations pourraient être apportées aux installations avec une aide du milieu.

De nouveaux services

Lors d'une rencontre pour confirmer la réouverture du camp, les membres du conseil d'administration ont confirmé que des services de zoothérapie seront offerts aux visiteurs. Une salle de stimulation multisensorielle sera également aménagée dans la chapelle du camp.

Un projet pilote avec le Cégep de La Pocatière sera aussi lancé. Pendant deux semaines, le théâtre, les arts et la culture seront utilisés pour aider au développement personnel des campeurs.

Le site du camp sera également renommé en l'honneur de son fondateur, l'abbé Odilon-Hudon. La soeur de l'abbé a tenu à rappeler l'importance que pouvait avoir ce camp pour son frère, décédé en avril dernier.

Jean-Denis Guignard confirme qu'il travaille également à développer un programme qui permettrait d'ouvrir une partie des installations du camp Canawish 12 mois par année. Pour ce faire, il compte sur l'aide du directeur du camp musical de Saint-Alexandre, Mathieu Rivest. Depuis quelques années, le camp a fait ce virage et est maintenant ouvert toute l'année.

Bas-Saint-Laurent

Société