•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amos aura son appareil d'imagerie par résonance magnétique fixe

Unité d'imagerie par résonnance magnétique mobile utilisée dans les différents secteurs de la région.
Unité d'imagerie par résonnance magnétique mobile utilisée dans les différents secteurs de l'Abitibi-Témiscamingue. (archives) Photo: Radio-Canada / Jocelyn Corbeil
Radio-Canada

La ville d'Amos aura finalement son appareil d'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Avec les informations de Jean-Marc Belzile et Marie-Hélène Paquin

La députée d'Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, a fait l'annonce jeudi soir de l'ajout d'un appareil d'IRM en Abitibi-Témiscamingue.

Auparavant, un appareil d'IRM mobile circulait entre Rouyn-Noranda, La Sarre, Amos et Val-d'Or.

La première chose que j'ai faite lorsque je suis arrivée à l'Assemblée nationale, en fait, la première personne qui est venue me parler c'est [la ministre de la Santé] Mme McCann. Nous avons parlé des dossiers de santé de notre région et nous avons parlé du dossier de l'IRM. La décision était que l'IRM fixe revenait à Amos. C'était la recommendation du CISSS à ce moment-là, a-t-elle expliqué sur les ondes de l'émission Des matins en or.

Il s'agissait d'ailleurs d'une promesse électorale de la part de la nouvelle élue.

Cette décision a été prise à la recommandation du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT). Un appareil d'IRM fixe répondrait aux besoins actuels et futurs de la population, selon le CISSS-AT.

Une excellente nouvelle pour Amos

Le maire d'Amos, Sébastien D'Astous, se réjouit de cette annonce. C'est un excellent jour pour Amos. On va venir offrir des excellents services au niveau de la traumatologie et de l'orthopédie. Ça fait plusieurs années qu'on travaille à bâtir une équipe de spécialistes et on voulait sécuriser tout ça. On est pour le modèle régional et on voulait que chez nous, notre spécialité puisse perdurer dans le temps , a-t-il déclaré à la sortie du point de presse.

Selon le maire, le projet devrait être livré au cours de l'année 2019. Une annexe pourrait être construite au centre hospitalier d'Amos pour accueillir l'appareil.

Un patient est allongé pour passer un examen au scanner par résonnance magnétiqueUn appareil de résonance magnétique (archives) Photo : iStock

Retour sur le dossier

Rappelons que le 21 septembre 2017, le CISSS-AT avait annoncé que le service d'imagerie par résonance magnétique serait concentré à Amos.

Quelques jours plus tard, le ministre de la Santé de l'époque, Gaétan Barrette, a pris la décision de garder l'unité d'IRM mobile plutôt que de centraliser le service à Amos.

Une décision qui avait été vivement dénoncée en 2017, notamment par le maire d'Amos, Sébastien D'Astous.

Abitibi–Témiscamingue

Établissement de santé