•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Gatineau veut savoir comment lutter contre l'itinérance

Un homme sur un trottoir se frotte les mains pour se réchauffer.
La commission Gatineau, Ville en santé a entamé sa réflexion sur les moyens d'intervenir dans la municipalité en matière d'itinérance. Photo: iStock
Nathalie Tremblay

La Ville de Gatineau vient de lancer une réflexion pour se doter d'un cadre de référence en itinérance.

C'est une première étape qui permettra à Gatineau de préciser le rôle qu'elle peut jouer pour lutter contre la pauvreté.

La commission Gatineau Ville en santé, qui est chargée du dossier, entend analyser les pratiques en vigueur dans d'autres villes du Québec.

À l'heure actuelle, Gatineau est partenaire du Centre intégré de santé et de services sociaux, qui assume le leadership sur la question de l'itinérance, ce qui est aussi le cas à Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières.

La présidente de la commission, la conseillère Renée Amyot, pense que Gatineau pourrait s'inspirer de la Ville de Montréal, qui a élargi ses compétences en la matière.

Le modèle montréalais n'est peut-être pas entièrement exportable, selon Renée Amyot, mais il y a certainement des éléments qui le sont.

Montréal a toute une série de projets au niveau du logement, des haltes-chaleur, de l'intégration professionnelle qui sont intéressants. On va se poser la question.

Renée Amyot, présidente de la commission Gatineau, Ville en santé

La commission doit aussi tenir compte du recensement mené cette année auprès des populations itinérantes de la région et dont les résultats doivent être présentés début 2019.

Un comité composé des services de police, d'urbanisme et des loisirs a aussi tenu des consultations auprès d'organismes qui oeuvrent dans le milieu de l'itinérance et de personnes qui vivent dans la rue.

Qu'est-ce qu'on pourrait faire à Gatineau? Jusqu'où Gatineau souhaite aller dans ce dossier-là? Ce sont les questions que nous allons nous poser, ajoute Renée Amyot, qui avait fait de la lutte contre la pauvreté et l'itinérance une de ses priorités électorales.

Le cadre de référence qui devrait être présenté au conseil l'automne prochain permettra à la Ville de préciser ses actions.

Ottawa-Gatineau

Pauvreté