•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démantèlement recommandé de la Commission des services policiers de Thunder Bay

Le sénateur Murray Sinclair donne un discours vêtu d'une veste autochtone.
Le sénateur Murray Sinclair a enquêté pendant plus d'un an sur la Commission des services policiers de Thunder Bay Photo: CBC
Radio-Canada

L'enquêteur indépendant Murray Sinclair prônera la nomination d'un administrateur externe pour remplacer le groupe civil responsable de la supervision du Service de police de Thunder Bay, dans son rapport final qui sera publié vendredi après-midi, selon des informations obtenues par CBC.

Cet administrateur, selon CBC, resterait en place pendant un an, le temps de trouver et former adéquatement de nouveaux membres.

CBC a confirmé auprès de plusieurs sources que le sénateur Sinclair conclut dans son rapport que l’incapacité de la Commission des services policiers de Thunder Bay (CSPTB) à rétablir le lien de confiance brisé entre les communautés autochtones et la police constitue une urgence.

Parmi les conclusions du rapport confirmées par CBC, Murray Sinclair souligne que la CSPTB a fait preuve d'un manque de leadership qui a laissé la police de Thunder Bay sans gouvernance ni surveillance efficaces.

Le rapport constate également que la police de Thunder Bay, sous la surveillance du conseil d'administration, manquait de politiques pour faire face à une flambée de crimes violents, puisque le conseil se serait désengagé de son rôle.

M. Sinclair, un ancien avocat et président de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, a été nommé par la Commission civile de l’Ontario sur la police en 2017 pour enquêter sur la Commission des services policiers de Thunder Bay.

L’enquête a été lancée en réponse à des inquiétudes soulevées par des chefs autochtones.

Il ajoute qu’aucune stratégie n’a été mise en place pour s’assurer que les Autochtones puissent avoir leur mot à dire au sujet du maintien de l’ordre à Thunder Bay.

La CSPTB est formée de membres du conseil municipal et de représentants de la communauté nommés par la province.

La commission compte quelques nouveaux membres, dont le maire Bill Mauro, élu en octobre, et une première personne autochtone à la présidence, Celina Reitberger, qui a été nommée lundi.

Celina ReitbergerCelina Reitberger est la première présidente autochtone de la Commission des services policiers de Thunder Bay. Photo : CBC / Cathy Alex

Mme Reitberger, une membre de la Première Nation de Fort William, a déclaré que l’amélioration des relations entre la police, la Commission et les Autochtones était l'une de ses priorités.

Le rapport du sénateur Sinclair est publié deux jours après celui du directeur indépendant de l’examen de la police, qui a dénoncé le racisme systémique au sein de la police de Thunder Bay.

Avec les informations de CBC

Forces de l'ordre

Justice et faits divers