•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vidéo éloquente de bagarres au parc Lepage

Les images de cette vidéo ont été modifiée par Radio-Canada pour que les mineurs qui y figurent demeurent non identifiables.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Radio-Canada a obtenu la vidéo d'une bagarre au parc Lepage plus tôt cet automne. Cette vidéo, que nous avons volontairement rendue floue, montre que certains de ces attroupements sont imposants.

La Sûreté du Québec confirme que, dans certains cas, les bagarres peuvent regrouper de 150 à 200 personnes.

Dans l’audio de cette vidéo, on constate également que des jeunes semblent jouer un rôle d’arbitre. À un moment, on peut entendre l’un d’entre eux dire : « Ok c’est assez, c’est assez, c’est assez. »

D’autres arrestations à prévoir?

D’autres arrestations pourraient avoir lieu relativement à ces bagarres au parc Lepage, selon les policiers.

Aucune accusation n’a été portée jusqu’à maintenant. Les dossiers seront soumis prochainement pour analyse au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Les arrestations effectuées sont liées à des cas de voie de fait avec lésion, voie de fait simple, menace et harcèlement.

Un constat d'infraction a aussi été émis pour possession d'arme blanche.

Ces bagarres sont organisées sur les réseaux sociaux, mais, selon ce qu’ont pu constater les policiers, il n’y aurait pas de comité organisateur à proprement parler.

Les quatre intervenants sont à l'extérieur pour leur point de presse.

La Sûreté du Québec, la Ville de Rimouski, la Commission scolaire des Phares ainsi que le CISSS du Bas-Saint-Laurent ont tenu un point de presse jeudi matin en lien avec les bagarres au parc Lepage.

Photo : Radio-Canada

Lutter contre la violence

La Ville de Rimouski a publié un communiqué jeudi, annonçant la création d’un comité de travail pour lutter contre la violence au parc Lepage. Ce comité inclut aussi la Commission scolaire des Phares, la Sûreté du Québec ainsi que le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS).

La formation de ce comité est l’un des résultats d’une rencontre ayant eu lieu récemment pour trouver des mesures à mettre en place afin de régler la situation.

Dans le communiqué, le maire de Rimouski, Marc Parent, affirme que les membres du comité sont préoccupés par ces actes de violence.

« Nous demandons évidemment la collaboration des parents pour qu’ils discutent avec leurs enfants de la situation. Nous souhaitons prévenir et agir pour contrer ces démonstrations de violence qui sont en augmentation à cet endroit. »

D’après les informations de Denis Leduc

Bas-Saint-Laurent

Justice