•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Jeux de la Francophonie : la facture pourrait être réduite à 115,3 M$, selon des experts-comptables

    La finale du 100 m aux Jeux de la francophonie d'Abidjan, remportée par Dylan Sicobo des Seychelles. Le Canadien Bismark Boateng (no 18) a gagné le bronze.
    La facture des Jeux de la Francophonie pourrait être réduite à 115,3 millions de dollars, selon un cabinet d'experts-comptables qui a effectué une analyse pour le gouvernement fédéral. Photo: AFP / Issouf Sanogo
    Radio-Canada

    Un cabinet d'experts-comptables retenu par Ottawa pour analyser le plan d'affaires soumis pour les Jeux de la Francophonie 2021 à Moncton et à Dieppe conclut que l'événement peut être organisé pour la somme de 115,3 millions de dollars plutôt que les 130 millions annoncés.

    La firme MNP estime que le plan d’affaires soumis le printemps dernier par le comité organisateur des jeux est solide et précis, compte tenu de l’état actuel du projet.

    En revanche, le budget initial de 19,5 millions présenté en 2015 était significativement sous-estimé, selon elle, et semblait destiné à satisfaire le Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF), qui souhaite éviter l’escalade des coûts typiques de ces grands événements.

    Selon le scénario privilégié par les experts-comptables de MNP, les coûts d'exploitation des Jeux de Moncton-Dieppe augmenteraient légèrement, à 95,4 millions de dollars, par rapport au plan d’affaires soumis.

    Les économies seraient surtout réalisées dans le domaine des immobilisations, dont la facture passerait de 36,6 millions à 19,9 millions, après l’élimination des projets non essentiels et des taxes et après une opération comptable qui transférerait certaines dépenses au budget d’opération.

    Il serait possible d’économiser encore davantage, selon MNP, mais cela nécessiterait des efforts encore plus importants et entraînerait des incidences plus significatives sur la tenue de l’événement.

    Des économies sur les services policiers, la télédiffusion des Jeux

    Parmi les économies possibles sur le plan de l'exploitation, MNP mentionne le coût des services policiers.

    Le modèle de télédiffusion des jeux – il coûterait 8 millions de dollars, selon le plan d’affaires du comité organisateur – peut également être revu, selon MNP, d’autant plus que le modèle actuel a peu de chances de fournir au Nouveau-Brunswick et au Canada la visibilité internationale que l’accueil devrait offrir.

    MNP propose d'utiliser davantage les nouvelles technologies et les médias sociaux, ces derniers pouvant être une plateforme plus rentable et plus efficace pour cibler des marchés clés.

    Pas de dépenses payées pour des journalistes

    Les experts considèrent que certaines dépenses imposées dans le cahier des charges du Comité international des Jeux sont « disproportionnées » par rapport à des événements similaires. Ils suggèrent par exemple d’éliminer l’obligation de subvenir aux besoins d’un maximum de 80 journalistes choisis par le CIJF pour assister aux Jeux, surtout que cet aspect pourrait susciter beaucoup d’inquiétude de la part du public s’il venait à apprendre que le gouvernement du Canada payait des journalistes pour assister aux Jeux.

    Pour ce qui est des dépenses sur les installations temporaires, les experts trouvent que le chiffre avancé par le comité organisateur, soit 6,5 millions de dollars, peut être considéré comme élevé pour un événement de cette ampleur. Un chiffre de 1 à 2 millions de dollars serait plus réaliste, selon eux.

    Des événements ailleurs qu'à Moncton et à Dieppe

    MNP estime par ailleurs que pour faire des économies maximales, quelques événements devraient se tenir ailleurs qu’à Moncton et à Dieppe. Mais le legs des Jeux, un élément important pour les villes hôtes, serait alors compromis. Or, notent les consultants, il est probable que l’investissement consenti par les villes de Moncton et de Dieppe soit conditionnel, au moins en partie, à l’obtention d’un legs durable en matière d’infrastructures sportives. Les villes de Moncton et de Dieppe ont promis chacune de verser une contribution de 750 000 $ aux Jeux.

    Parmi les options proposées par MNP dans son scénario d’économies maximales, il n’y aurait pas de second terrain artificiel au Collège communautaire de Dieppe, pas plus qu’une nouvelle piste et il n’y aurait pas d’améliorations au Sportplex de Moncton.

    Cinq autres scénarios possibles

    Ce scénario de 115,3 millions de dollars est celui qui permettrait de tenir des Jeux de l'envergure souhaitée par le Comité. Les experts comptables ont toutefois élaboré cinq autres scénarios qui permettraient d'économiser beaucoup plus, mais qui forceraient l'organisation à laisser tomber certains projets, peut-être même certaines disciplines sportives.

    Tenir compte de la population anglophone

    MNP reconnaît que le dossier des Jeux est controversé, au Nouveau-Brunswick, depuis que l’estimation des coûts a été dévoilée publiquement. Il affirme que le Nouveau-Brunswick devra faire l’examen des moyens à sa disposition pour offrir des jeux pertinent[s] pour l’ensemble de la population du Nouveau-Brunswick, avec une considération particulière accordée à la participation de la population anglophone.

    [...] Il apparaît que le soutien de la population anglophone aux Jeux de la Francophonie sera essentiel.

    Extrait du rapport de MNP

    Une candidature soumise sans modèle, sans conseils

    Les experts soulignent enfin que le Nouveau-Brunswick a été laissé à lui-même lorsqu’il a préparé sa candidature. Le CIJF n’a pas de processus de transfert des connaissances d’une ville hôte à la suivante, notent-ils. Le Nouveau-Brunswick a donc dû faire un budget « sans points de référence », et sans avoir consulté d’expert en accueil de manifestation sportive.

    Le conseil d'administration se réjouit de la sortie du rapport

    Les six membres restants du conseil d'administration du Comité organisateur national des Jeux de la Francophonie ont publié un communiqué jeudi en fin de journée. Selon eux, ce rapport vient confirmer la rigueur et le sérieux du travail accompli par le CNJF jusqu'à présent.

    Nous croyons toujours aux Jeux de la Francophonie et tenons à réitérer notre pleine confiance en l'équipe en place et au travail rigoureux accompli pour développer notre plan d'affaires. Rappelons que ce plan d'affaires a été conçu en tant qu'outil de discussion pour encadrer les négociations financières auprès des bailleurs de fonds.

    Nouveau-Brunswick

    Politique