•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mère d'une adolescente victime de traite humaine raconte le cauchemar qu'a vécu sa fille

Une jeune femme sollicitée par un homme en voiture.

La police dit vouloir établir une relation avec les jeunes qui sont victimes d'exploitation sexuelle pour qu'elles craignent moins la coopération.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La mère d'une adolescente victime de traite humaine et d'exploitation sexuelle a raconté le cauchemar qu'a vécu sa fille lors de l'audience de détermination de la peine d'une femme de la région d'Halifax.

Renee Allison Webber, âgée de 43 ans, a été reconnue coupable en septembre, par la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, de trafic de personne mineure, d'exploitation sexuelle et de publicité pour services sexuels.

Elle sera connaîtra sa peine le 7 janvier.

La Défense réclame trois ans de prison alors que la Couronne demande six ans et demi.

Son conjoint, Kyle Leslie Pellow, a également été accusé des mêmes infractions et a plaidé coupable en juin dernier. Il purge actuellement une peine d'emprisonnement d'un peu plus de trois ans.

Les infractions ont été commises dans les deux mois de la fin de 2015 et impliquaient [la victime] d'avoir des relations sexuelles avec des hommes pour de l'argent ici à Halifax, à Moncton et à Toronto également, a déclaré le procureur de la Couronne, Cory Roberts.

Renee Allison Webber sortant du palais de justice. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Renee Allison Webber, 43 ans, a été reconnue coupable de trafic d'une personne mineure.

Photo : Radio-Canada

Ne jamais laisser tomber son enfant

La mère de la jeune femme, qu'on ne peut nommer parce que l'identité de sa fille est protégée par une interdiction de publication, a livré un message à tous les parents dont l'enfant pourrait être dans la même situation : il ne faut jamais le laisser tomber.

Il y a trois ans, l'adolescente, alors âgée de 16 ans, s'était rapprochée de Renee Webber, qui avait 40 ans en 2015, et qui vivait en banlieue d'Halifax avec ses trois fils.

La jeune fille a d'abord été charmée par Renee Webber, et disait à sa mère à quel point elle était cool, a-t-elle témoigné.

Au fur et à mesure que le fossé entre la mère et sa fille se creusait, l'adolescente passait de plus en plus de temps avec ses amis chez Renee Webber. Elle y a finalement emménagé.

Je voulais qu'elle soit chez elle et je lui disais de rentrer à la maison, se souvient sa mère. Il y a des jours où elle revenait et ne faisait que dormir.

Finalement, sa fille a cessé de rentrer à la maison. Alors sa mère a commencé à frapper aux portes, demandant aux voisins de garder un œil sur elle.

Message texte anonyme

Un jour, quelqu'un lui a envoyé un message texte anonyme. C'était une photo de sa fille, à peine reconnaissable, sur un site web américain de petites annonces.

La femme est immédiatement allée rapporter l’information à la police. Mais les autorités ne pouvaient alors rien faire.

Nous avons vraiment besoin que la personne exploitée se manifeste d’elle-même, a déclaré la sergente Kathryn Willet, de la police régionale de Halifax.

Sergente Willet explique que la police tente d'établir des relations avec des adolescents victimes de la traite, ce qu'elle appelle une intervention douce, dans le but de créer des liens avec eux afin de les amener à porter des accusations.

Hospitalisée à Toronto après une surdose

En novembre 2015, la mère n'avait plus de nouvelle de sa fille.

Puis, un jour, elle a reçu un appel de Renee Webber. La proxénète lui a annoncé que l'adolescente avait fait une surdose et était à l'hôpital.

Elle et son conjoint, Kyle Leslie Pellow, l'avaient emmenée à Toronto.

Battue et tatouée

Ce n'est que fin mai 2016 que la victime a voulu porter plainte à la police.

La police a arrêté Renee Webber alors qu'elle était à la maison avec deux de ses fils.

L'adolescente avait été battue, marquée d'un tatouage (des initiales) forcée à se prostituer à Halifax, Moncton et Toronto. La mère a témoigné qu’on avait aussi présenté sa fille à d’autres proxénètes, mais ceux-ci auraient refusé de l’exploiter parce qu’elle avait l’air jeune.

La Couronne a soutenu que Mme Webber était un élément essentiel dans ces actions criminelles, alors que son conjoint jouait davantage un rôle administratif.

La mère a témoigné que sa fille est maintenant inscrite à l'école et a un emploi.

D'après les informations de Preston Mulligan

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers