•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec Cinéma et Netflix veulent former la relève

L'écran d'une tablette, tenue par un homme dont on aperçoit les pieds en arrière plan, affiche le logo de Netflix.
Netflix devient partenaire de Québec Cinéma pour soutenir la relève du cinéma québécois. Photo: AFP / Elise Amendola
Radio-Canada

Québec Cinéma crée, avec le soutien de Netflix, un programme de mentorat destiné à former la prochaine génération de cinéastes québécois.

Les jeunes artistes qui participeront au programme seront accompagnés par des mentors « de renommée internationale » originaires du Québec ou d’ailleurs, a précisé Québec Cinéma dans un communiqué.

« Ce partenariat avec Netflix nous permet de continuer d'accompagner les cinéastes de la relève en leur offrant des expériences concrètes ainsi que l'occasion d'apprendre des meilleurs de l'industrie », a indiqué, par communiqué, Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma.

Pendant cinq ou six journées consécutives, ils pourront non seulement bénéficier de séances de mentorat, mais aussi participer à des conférences, à des discussions et à des classes de maître, question d'en apprendre plus sur les différents aspects de la production cinématographique ainsi que sur l'idéation et la mise en marché des films.

Netflix ne s'impliquera pas dans l'élaboration du contenu de ce programme, baptisé Talent Lab. « C'est un projet absolument indépendant [...]. On [en] est complètement maître d'œuvre », a déclaré Ségolène Roederer.

Talent Lab sera offert trois fois pendant trois ans. La première édition se déroulera en février 2020, à l'occasion des Rendez-vous Québec Cinéma. La période de candidatures sera lancée au tout début de l'automne prochain. Entre 10 et 12 participants seront sélectionnés pour la première édition. L'objectif est d'atteindre 20 personnes inscrites par la suite.

« [Ce sont] des gens qui auront quelques faits d’armes [à leur actif], mais qui ne seront pas obligatoirement retenus pour un projet en particulier, [...] qui devrait être finalisé pendant [cette période] de mentorat », a-t-elle ajouté.

Cependant, rien n'indique que des films réalisés par les participants au Talent Lab seront produits ou achetés par Netflix, dont le montant précis de la contribution à ce programme de relève n'a pas été dévoilé.

Netflix controversé au Québec

Le mois dernier, Netflix a annoncé la production d’un premier film québécois, réalisé par Patrice Laliberté.

Toutefois, cette annonce n’avait pas calmé toutes les critiques adressées par le milieu du cinéma et de la télévision au Québec à Netflix, dont les services sont exemptés de taxe fédérale.

Le président de K-Films Amérique, Louis Dussault, avait notamment déploré que Netflix se substitue aux institutions de financement.

En septembre 2017, la plateforme de diffusion en continu s'était engagée à investir 500 millions de dollars sur cinq ans dans des films et des téléséries produits au Canada. En parallèle, elle a décidé de consacrer une enveloppe globale de 25 millions de dollars au soutien des jeunes talents au Canada.

Cinéma

Arts