•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des erreurs médicales graves relevées par un rapport de la province

Le chirurgien ramasse un instrument chirurgical sur le plateau.

Au Manitoba, une personne a subi l'ablation d'une tumeur au sein à la fin de 2017, alors qu'elle ne souffrait pas du cancer parce que des documents avaient été mélangés.

Photo : Getty Images / Morsa Images

Radio-Canada

Entre le 1er octobre et le 31 décembre 2017, 43 erreurs médicales ont été commises au sein du système de santé. C'est ce que révèle une série de rapports d'incidents critiques dévoilés par Santé Manitoba.

Parmi ces erreurs, une personne a subi l'ablation d'une tumeur au sein à la fin de 2017. Cependant, les médecins ont réalisé plus tard qu'ils avaient effectué l'intervention chirurgicale sur la mauvaise personne. Selon le rapport d’incident critique, les résultats des tests de diagnostic pour les deux patients avaient été intervertis.

La personne qui a subi l’opération n'avait pas de cancer. L'autre patiente, qui croyait ne pas souffrir du cancer, avait une tumeur.

Dans un autre cas, une personne a reçu un diagnostic erroné. Elle avait été informée qu'elle n'avait pas de cancer, alors qu'en réalité des échantillons de tissu mammaire avaient été mélangés. Le traitement a été retardé et « les soins normaux n’ont pas été administrés », indique le rapport de l'incident.

Dans un troisième cas, une personne a reçu un traitement inapproprié pour son type de cancer parce que l'oncologue avait reçu un vieux rapport pathologique.

Augmentation de la demande

Selon la directrice générale de l'Institut pour la sécurité des patients du Manitoba, Laurie Thompson, il pourrait y avoir d'autres d'incidents qui n'ont pas été signalés.

« Nous savons qu'il est probable que tous les incidents critiques ne sont pas signalés pour diverses raisons », affirme-t-elle.

Selon elle, il est important de préciser que, dans la grande majorité des cas, les soins médicaux sont administrés adéquatement.

Cependant, le Syndicat des infirmières du Manitoba souligne que le personnel qui travaille en oncologie subit une pression croissante.

« Nous avons reçu des informations selon lesquelles les départements d’oncologie sont de plus en plus occupés, affirme la présidente du syndicat, Darlene Jackson. Les infirmières disent que leur charge de travail augmente et qu'elles ont tendance à travailler beaucoup d'heures », ajoute-t-elle.

Elles fournissent d'excellents soins à leurs patients, mais elles sont débordées. Les infirmières offrent des soins à un nombre croissant de patients et n’ont pas l'impression d’être soutenues.

Darlene Jackson, présidente du Syndicat des infirmières du Manitoba

Merril Pauls, un médecin d'urgence de Winnipeg, explique que le traitement du cancer est très complexe, particulièrement lorsque plusieurs personnes font appel au jugement du personnel médical.

« Chaque fois que des informations sont envoyées au sujet d'un patient, ou chaque fois qu'un patient est à la recherche d'une deuxième opinion […] il existe toujours le risque qu'un fax soit envoyé à la mauvaise personne, qu'un nom soit confondu avec un autre ou qu'un numéro de dossier soit écrit de manière incorrecte », explique-t-il.

L'organisme responsable des soins du cancer dans la province, CancerCare Manitoba, a indiqué dans une déclaration : « Nous examinons l'ensemble du système, afin de déterminer les causes possibles d'incidents et de voir comment apporter des changements pour éviter qu'ils ne se reproduisent. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé