•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Illuminer sa maison pour amasser des fonds pour la santé mentale

La maison illuminée d'Ian Moats.
Chaque soir, Ian Moats allume ses lumières pendant six heures. Photo: MJ Deans

La maison d'un Saskatchewanais, située près de McLean, à 40 kilomètres à l'est de Regina, est ornée de 35 000 lumières. Ian Moats joint l'utile à l'agréable en combinant sa passion pour la décoration avec un sujet qui lui tient à coeur, la santé mentale.

Il illumine sa maison chaque soir pendant six heures. Cela attire des voisins ou d’autres visiteurs qui viennent discuter avec lui.

Il reçoit bon nombre de gens, parfois des inconnus, dans son salon. Quelquefois, de simples discussions mènent à de véritables confidences.

« C’est surprenant de voir le nombre de personnes qui ont une histoire à raconter au sujet de la santé mentale, mais qui n'en parlent pas à cause de la stigmatisation ou de la peur », a-t-il constaté.

Il invite les gens à soutenir financièrement l’unité de santé mentale de l’Hôpital général de Regina. Sa fille de 23 ans a jadis fréquenté l’endroit.

« Chaque fois que j’y étais, les jeux étaient vieux, il ne restait que de petits bouts de crayons de plomb », se rappelle M. Moats.

Ian Moats posant avec plusieurs roses.Ian Moats s'arrête régulièrement à l’unité de santé mentale de l’Hôpital général de Regina pour donner des fleurs. Photo : Facebook/imoats1

Il comprend que l’unité doit composer avec le budget qui lui est accordé et que la priorité demeure les besoins médicaux.

« Mais, pour quelqu’un qui reste là à long terme, il est important d'avoir accès à des choses qui peuvent distraire les patients. »

Les sapins débordant de neige sont également illuminés.Les sapins débordant de neige sont également illuminés. Photo : MJ Deans

L’an dernier, il a recueilli 1300 $. L’argent a été utilisé pour acheter des crayons, des stylos, du papier ainsi que divers matériaux que l’unité jugeait nécessaires.

« Je n’amasse pas assez d’argent pour ouvrir un service d’urgence en santé mentale, mais c’est ce dont l'hôpital a besoin. »

Si tout le monde faisait un petit geste, cela améliorerait beaucoup les choses.

Ian Moats

Une passion contagieuse

La passion d’Ian Moats pour la décoration remonte à 2013. Il avait alors suspendu des lumières le long d’un arbre et avait aimé l'apparence des décorations. Puis, il s’est mis à acheter des lumières chaque fois qu’il y avait des soldes.

Plusieurs biscuits installés sur une table.La voisine d’Ian Moats, Maxine Hanofski, prépare des biscuits pour les visiteurs. Photo : Maxine Hanofski

Il ouvrira les portes de sa maison le 22 décembre en soirée à tous ceux qui désirent se rassembler autour du feu en buvant un chocolat chaud et en mangeant les biscuits préparés par sa voisine Maxine Hanofski.

Ce qui me rend heureux surtout, c'est d’allumer les lumières, que des gens viennent les voir et les apprécient.

Ian Moats

Saskatchewan

Santé mentale