•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le béluga relâché à Cacouna en 2017 observé à l'Île-du-Prince-Édouard

Vue aérienne d'un béluga.
Un drone de la Marine Animal Response Society (MARS) avait capté des images du béluga, coincé à Bathurst depuis plusieurs jours, en 2017. (Archives) Photo: MARS

Le béluga Népi, qui avait été secouru dans la rivière Népisiguit, au Nouveau-Brunswick, en juin 2017, a été revu par des plongeurs lors d'une sortie au port de Summerside, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Il y a plus d'un an et demi, des experts avaient capturé l'animal à l'aide d'un filet, puis l'avaient transporté par avion et par voie terrestre jusqu'au port de Gros-Cacouna. Avant d'être aperçu à l'Île-du-Prince-Édouard, le 7 décembre, il avait été vu, en juillet 2018, à Ingonish, en Nouvelle-Écosse.

Selon le directeur scientifique du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud, « c’est une bonne nouvelle de le voir en bon état de chair ». Il souligne par contre qu'il est inquiétant que le béluga soit toujours dans les Maritimes.

Dans une note publiée sur le site web du GREMM, le chercheur souligne qu'il est aussi préoccupé du fait que le béluga va à la rencontre des humains.

Les bélugas sont des animaux sociaux. Lorsqu'ils sont seuls, ils recherchent la compagnie d'autres espèces, mais parfois des bateaux et des humains. Et cette relation de proximité est souvent fatale.

Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM

Népi n'a pas été revu depuis l'observation des plongeurs de Summerside, le 7 décembre. Le GREMM rappelle qu'il est interdit de nager avec les mammifères marins et que les embarcations doivent garder une distance d'au moins 100 mètres avec les animaux.

Bas-Saint-Laurent

Faune marine