•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une solution pour recycler toutes les composantes des pneus trouvée à Laurierville

Amas de pneus usagés sur le terrain d'une entreprise de recyclage.

Huit millions de pneus hors d'usage sont générés chaque année au Québec.

Photo : iStock / stoonn

Radio-Canada

Si le caoutchouc des pneus usagés peut être recyclé, certaines composantes prenaient, jusqu'à tout dernièrement, le chemin du dépotoir. Toutefois, un entrepreneur de Laurierville affirme avoir trouvé une solution pour les valoriser.

La fibre des pneus, au moment où on se parle partout au Québec, en Ontario ou en Amérique du Nord, c'est un produit qui est soit enfoui ou tout simplement brûlé dans des cimenteries, déplore le président de Weded inc. Claude Béland.

Selon Recyc-Québec, environ huit millions de pneus hors d'usage sont générés chaque année au Québec.On a trouvé la recette qui nous permet de mélanger les fibres de polyester et de nylon pour en faire des produits de valeur ajoutée, et ce, mélangés avec différents autres résidus de plastique, explique-t-il.

Avec son procédé, l'homme d'affaires dit pouvoir fabriquer une gamme élargie de produits comme des dormants ou des tapis. On va fabriquer, entre autres, des murets de blocs imbricables auxquels on va ajouter une membrane de caoutchouc pour faire des murs de sons.

Des résidus de pneus dans une pelle. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La déchiqueteuse peut réduire en miettes 6000 pneus à l'heure.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Claude Béland ouvrira son usine bientôt. Ce dernier se veut toutefois rassurant : il n'y aura pas d'amoncellement de pneus autour de ses installations. Il possède une déchiqueteuse capable de réduire en copeaux environ 6000 pneus à l'heure. Ces copeaux seront ensuite entreposés loin des regards promet-il.

Environ trois millions de pneus par année pourront être valorisés. L'homme d'affaires n'attend que son certificat d'autorisation des instances provinciales pour démarrer sa production.

À terme, l'investissement d'environ 10 millions de dollars pourrait créer une trentaine d'emplois.

Estrie

Recyclage