•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Service d’hémodialyse réclamé à Shawinigan

Le visage de Serge-André Boutet
Serge-André Boutet, de Shawinigan, souffre d'une sévère insuffisance rénale et espère ne pas avoir à se rendre trois fois par semaine à Trois-Rivières pour ses traitements d'hémodialyse. Photo: Radio-Canada

Un couple de Shawinigan réclame un service d'hémodialyse à l'hôpital du Centre-de-la-Mauricie pour éviter les nombreux déplacements jusqu'à Trois-Rivières.

Serge-André Boutet souffre d'une sévère insuffisance rénale. Dès le mois prochain, il devra se rendre trois par semaine à Trois-Rivières pour recevoir ses traitements.

Chaque traitement dure 4 h et l'aller-retour fait plus d'une heure.

Sa conjointe, Andréa Mindren Boutet, craint de ne pas avoir la capacité de faire tous ces déplacements.

Ça m’inquiète, parce que j’ai 70 ans, j’ai des problèmes cardiaques. Je ne me vois pas faire 40 minutes d’auto sur la neige et la glace, dit-elle.

Elle ajoute qu’ils n’ont pas les moyens de se payer trois fois par semaine aller-retour pour aller à l’hôpital.

Andréa Mindren Boutet précise qu'il n'y a pas de transport adapté. Elle demande donc aux autorités de santé publique d'intervenir.

C’est comme si on se heurte à un mur.

Serge-André Boutet
Serge-André Boutet et sa conjointe Andréa Mindren Boutet assis à leur table de cuisine, en entrevueSerge-André Boutet, de Shawinigan, devra bientôt commencer des traitements d'hémodialyse à Trois-Rivières et la perspective de ces déplacements inquiète le couple. Photo : Radio-Canada

Une cinquantaine de personnes dans la même situation

Les Boutet ne sont pas les seuls dans cette situation.

Les autorités de la santé estiment qu’il y a approximativement 50 personnes de Shawinigan, Mékinac et des environs qui doivent se présenter à Trois-Rivières pour recevoir leur traitement d'hémodialyse.

Serge-André Boutet souhaiterait que le service soit offert à Shawinigan, l’hôpital du Centre-de-la-Mauricie.

Ça sauverait beaucoup de temps, d’énergie et de fatigue, dit-il.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) se dit à l'écoute des besoins exprimés par les usagers du système.

Une étude de faisabilité est en cours pour évaluer les besoins en hémodialyse et devrait se terminer au début de l’année 2019.

Entre temps, le CIUSSS dit travailler à mettre en place des solutions de transport à court terme.

Un enjeu similaire a longtemps préoccupé des patients de La Tuque, qui étaient forcés de se rendre à Trois-Rivières pour recevoir leurs traitements.

Il y a un an, en novembre 2017, une unité satellite d'hémodialyse a été inaugurée au coût de 2,6 millions de dollars.

D’après les informations de Marie-Ève Trudel

Mauricie et Centre du Québec

Santé