•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des opioïdes : la médecin en chef du Canada veut redoubler d'efforts

Comprimés d'oxycodone.
Les opioïdes ont contribué à plus de 2000 morts dans la première moitié de l'année 2018, selon des données dévoilées mercredi. Photo: Associated Press / Patrick Sison
Radio-Canada

Le Canada doit redoubler d’efforts pour combattre la crise des opioïdes, a affirmé mercredi l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, à l'occasion du dévoilement d'un rapport de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Il montre que les opioïdes ont contribué à plus de 2000 morts dans la première moitié de l'année 2018.

Accroître l'accès à des opioïdes « plus sûrs » est nécessaire pour lutter contre l'épidémie de surdoses, a-t-elle dit.

« C’est quelque chose qui est évalué et discuté avec les provinces et les territoires présentement », a ajouté Mme Tam, soulignant qu'il était difficile de lutter contre les drogues illicites, au coeur de l'épidémie, selon elle.

La médecin en chef estime que la loi du marché prévaut, et elle plaide pour une approche qui tient compte de la stigmatisation et de la discrimination associée à l’utilisation de ces drogues.

Le fentanyl, une drogue 100 fois plus puissante que l'héroïne et la morphine, est souvent mélangé à des opioïdes vendus dans la rue, ce qui signifie que les utilisateurs ignorent la puissance des substances qu'ils consomment.

Selon les données dévoilées mercredi par l'ASPC, 94 % des décès signalés dans la première moitié de 2018 découlaient de surdoses accidentelles. Des substances liées au fentanyl étaient en cause dans près des trois quarts de ces surdoses.

Dans son rapport, l’ASPC a déterminé que plus de 9000 personnes avaient perdu la vie au Canada entre janvier 2016 et juin 2018 en raison des opioïdes, ce qui laisse croire que le pays n'a pas encore été en mesure de renverser la tendance.

Les données portent sur les décès « apparemment liés aux opioïdes » et sur les surdoses « que l'on soupçonne être attribuées aux opioïdes ».

Ces plus récentes données montrent que la crise des opioïdes se poursuit, et qu'elle touche des gens de tous les horizons, de tous les âges et de tous les milieux, affirme l'ASPC.

Ces chiffres font ressortir « qu'il est crucial d'augmenter l'accès à des drogues plus sûres afin de prévenir des décès et d'autres méfaits », peut-on lire dans le rapport.

« Un décès dans cette crise est déjà un décès de trop. Les données publiées nous aideront à poursuivre l'élaboration de stratégies pour réduire les décès et mieux informer les politiques et les interventions de santé publique pour nous tous », a indiqué par communiqué la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Santé publique

Santé