•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un promoteur va poursuivre la Ville de Trois-Rivières

Georges Mouradian se tient devant l'un des multiplex de son projet domiciliaire.
Georges Mouradian a décidé de déposer des poursuites contre la Ville de Trois-Rivières. Photo: Radio-Canada

Le promoteur qui est derrière le projet domiciliaire Baie-Jolie, Georges Mouradian, annonce qu'il va déposer d'ici la fin de l'année des poursuites contre la Ville de Trois-Rivières. Il estime que le nouveau règlement qui lui interdit maintenant la construction de nouveaux multilogements lui cause un préjudice.

Un texte d'Anne-Andrée Daneau

Le référendum du 2 décembre dernier, qui a été remporté par les citoyens en faveur du « oui », empêche maintenant la construction des phases quatre et cinq du projet domiciliaire de M. Mouradian. Les plans initiaux prévoyaient en tout sept phases.

Le promoteur poursuivra donc la Ville de Trois-Rivières pour des pertes financières évaluées entre 4 et 7 millions de dollars. Cet immeuble-là est tout réservé pour l'an prochain. Il y a 18 locataires qui ont pris des décisions, explique-t-il. Ces gens-là sont pris, ils doivent changer leurs plans.

Des résidents déçus

Les citoyens qui s'opposaient au projet et qui ont remporté le référendum du 2 décembre par 10 voix se disent déçus que le promoteur n'accepte pas le résultat du référendum.

Nicole Morin pose dans son salon.La porte-parole du groupe des opposants au projet, Nicole Morin, se dit déçue que M. Mouradian n'accepte pas le résultat du référendum. Photo : Radio-Canada

La porte-parole pour le groupe du « oui », Nicole Morin, veut s'assurer que leurs demandes seront respectées. Elle sera présente lors du prochain conseil municipal pour rappeler aux conseillers, dit-elle, que les citoyens se sont prononcés contre le projet.

C’est de faire toujours payer les contribuables pour les caprices d'un développeur.

Nicole Morin, porte-parole du camp du « oui »

Déjà au départ, ce terrain-là, il était zoné pour avoir des triplex, s’étonne-t-elle. C'est quand même triste de s'apercevoir que même après un référendum, qu'il n'accepte pas justement le résultat. Les citoyens ont parlé étant donné que le quartier est majoritairement, à plus de 97 %, unifamilial et résidentiel.

D’autres plaintes

M. Mouradian déposera aussi une plainte à Élections Québec. Il soutient que des brochures du camp du « oui » ont été déposées illégalement dans les sacs distribués par la Ville pour annoncer la tenue du référendum, ce qui pourrait avoir induit en erreur certains citoyens âgés et ainsi avoir teinté leur vote.

De plus, Georges Mouradian dit vouloir déposer des plaintes au ministère des Affaires municipales et au ministère de l'Environnement.

La Ville de Trois-Rivières refuse de se prononcer avant d'avoir reçu tous les documents judiciaires.

Mauricie et Centre du Québec

Immobilier