•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe de travail recommande d'interdire les rénovictions en Colombie-Britannique

Spencer Chandra Herbert parle dans un micro.
Le député néo-démocrate Spencer Chandra Herbert annonce les recommandations de l'équipe de travail sur le logement locataire de la Colombie-Britannique. Photo: Radio-Canada / Mike McArthur
Radio-Canada

Le groupe de travail de la Colombie-Britannique spécialisé dans le logement en location recommande au gouvernement d'interdire la plupart des rénovictions. Il veut aussi que les propriétaires de copropriétés n'aient plus le droit d'empêcher les locations dans les immeubles résidentiels.

Ces avis font partie de 23 recommandations présentées au gouvernement mercredi pour renforcer les protections des locataires et des propriétaires.

Le groupe établi en avril 2018 par le gouvernement Horgan veut voir la fin des rénovictions, soit l’expulsion de locataires par un propriétaire sous prétexte de rénover son logement dans le but d'augmenter substantiellement le prix du loyer.

Le député néo-démocrate Spencer Chandra Herbert, qui préside le groupe de travail, affirme que les locataires doivent avoir le choix entre rester dans leur appartement ou le quitter.

« Si le locataire veut rester et accepte de vivre avec les travaux de rénovation, il devrait avoir le droit de rester chez lui », dit M. Herbert.

Le député affirme qu’un immeuble de 10 étages dans sa circonscription de Vancouver-West End a récemment été rénové pendant que les locataires étaient restés dans leurs appartements.

« C’est certainement faisable. Beaucoup de gens le font », dit M. Herbert, ajoutant que des expulsions pourraient quand même avoir lieu pour permettre certains travaux, comme les mises à jour sismiques.

Selon lui, le rapport propose de renforcer les pénalités envers les locataires et les propriétaires afin d'assurer un traitement équitable à chacun d'eux.

Le rapport recommande également qu’aucune association de copropriété n’ait le droit d’interdire aux propriétaires de louer leurs unités.

« Nous sommes de l’avis qu’il y a un besoin de logements, et nous pensons que les propriétaires devraient pouvoir louer leurs propres maisons », explique M. Herbert.

Pas de changement pour les animaux domestiques

L’équipe propose aussi la création d’une caisse pour les locataires à faible revenu. Il veut aussi étudier une façon de rendre disponibles des huissiers plus abordables pour les expulsions dans les communautés isolées.

Le rapport opte pourtant pour le statu quo dans certains cas, par exemple pour les animaux domestiques.

« Le groupe de travail n’est pas convaincu que le fait de forcer les propriétaires à autoriser obligatoirement les animaux domestiques dans leurs biens à louer est une chose juste pour les propriétaires ou pour les locataires qui souhaitent vivre dans des immeubles sans animaux », affirme le rapport.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier