•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Haine envers les musulmans : une femme de Québec évite le dossier criminel

Françoise Giroux s'est couvert la tête en plus de porter des verres fumés pour se rendre à la salle d'audience

Françoise Giroux s'est couvert la tête en plus de porter des verres fumés pour se rendre à la salle d'audience.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une sexagénaire qui a plaidé coupable à une accusation d'incitation à la haine envers les musulmans a laissé une juge perplexe au palais de justice de Québec mercredi.

Un texte de Yannick Bergeron

La juge Johanne Roy a accordé une absolution conditionnelle à Françoise Giroux, tout en se disant surprise par les propos tenus par la femme de 62 ans.

D'autant plus que la femme détient un baccalauréat en littérature française « lui permettant de bien saisir le sens et la portée des mots », a souligné la juge Roy.

Sous un pseudonyme masculin, Madame Giroux a écrit des commentaires haineux sur un site européen de nouvelles pro-israéliennes entre les mois d'avril 2016 et de janvier 2017.

Elle a écrit ses propos avant la tuerie à la mosquée de Québec, mais a été dénoncée après l'événement.

Dans 19 messages, Françoise Giroux a dit souhaiter la mort de musulmans, entre autres.

Manque de jugement

La femme, qui a travaillé comme secrétaire médicale dans différents hôpitaux de Québec, a expliqué ses écrits par un manque de jugement.

La poursuite réclamait un sursis de peine, mais la défense a demandé, et obtenu, une absolution conditionnelle pour la dame, qui est maintenant en recherche d'emploi.

Elle devra respecter une probation d'un an et réaliser 100 heures de travaux communautaires, ce qui lui permettra d'éviter d'avoir un casier judiciaire.

Québec

Crime haineux