•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau projet pour le fondateur du Veau Charlevoix : le « veau multigrains » 100 % local

Veaux
Des veaux Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Même s'il a perdu sa marque Veau Charlevoix, il y a quatre ans, l'éleveur Jean-Robert Audet n'a jamais perdu la passion. À 63 ans, il s'apprête à lancer son nouveau projet : une petite production de veaux nourris avec un mélange inédit de grains et dont la mise en marché sera résolument locale.

Un texte d’Alexandre Duval

L’époque du Veau Charlevoix, où M. Audet employait près de 50 personnes et avait un chiffre d’affaires d'environ 6 millions de dollars, est bel et bien derrière lui.

L’éleveur de La Malbaie a aujourd’hui des ambitions plus modestes. « Il n’y aura plus de grand écart comme j’ai déjà fait […] Ça va être une production très limitée », prévient-il.

M. Audet produira donc entre 400 et 500 veaux par année. Il transformera et vendra la viande directement à la ferme. Aussi, il se donnera la chance de rencontrer le public.

Je ne serai plus un agrotransformateur. Je vais être un producteur artisanal.

Jean-Robert Audet, propriétaire de la Ferme Jean-Robert Audet et fondateur du Veau Charlevoix

Pour y parvenir, M Audet amorce la rénovation d’un bâtiment de sa ferme pour y intégrer une cuisine, une salle de coupe, un congélateur et, surtout, un comptoir d’accueil où les gens pourront s’arrêter.

Il a aussi entamé des démarches pour que ses produits soient certifiés « Terroir Charlevoix » dès le printemps prochain.

Le bâtiment de la Ferme Jean-Robert Audet situé à gauche sur cette photo sera rénové pour inclure un comptoir d'accueilLe bâtiment de la Ferme Jean-Robert Audet situé à gauche sur cette photo sera rénové pour inclure un comptoir d'accueil Photo : Jean-Robert Audet

L'éleveur souhaite ainsi se retrouver parmi la cinquantaine d’établissements de Charlevoix qui font partie de la Route des saveurs, un véritable moteur pour l’agrotourisme.

Les gens veulent manger local, on le sait. Aussi, ils veulent rencontrer le producteur, savoir d’où ça vient […] Ils appellent ça le storytelling, qui est bien à la mode.

Jean-Robert Audet, propriétaire de la Ferme Jean-Robert Audet et fondateur du Veau Charlevoix

Une viande unique

Pour que ses produits soient certifiés « Terroir Charlevoix », M. Audet devra respecter toute une série de critères.

Ses veaux devront être nés au Québec et être élevés dans Charlevoix. L’entièreté du fourrage qu’ils consommeront devra provenir de la région, tout comme au moins 50 % des grains.

D’ailleurs, M. Audet a peaufiné sa méthode de production, ces dernières années. « J’ai mis tout ce que je savais dans ce veau-là », dit-il.

Contrairement au Veau Charlevoix, qui consommait du lait quotidiennement jusqu’à l’abattage, ses bêtes en consomment désormais surtout en bas âge.

Et plutôt que de manger uniquement du maïs, les veaux de M. Audet consomment aussi du blé, de l’avoine et de l’orge charlevoisiens. « C’est un veau multigrains! », illustre l’éleveur.

Le goût de ce veau-là, on prétend qu’il va être à son summum compte tenu de la variété et de la qualité des ingrédients qui sont justement d’origine de Charlevoix.

Jean-Robert Audet, propriétaire de la Ferme Jean-Robert Audet et fondateur du Veau Charlevoix

Prendre son temps, mais pas sa retraite!

M. Audet ne sait pas encore quel nom sera donné à sa nouvelle viande. Il sait toutefois qu’une foule de produits seront mis en marchés : pâtés, saucisses, boudin de veau, viande fumée, charcuteries, etc.

Pour l’instant, il est prévu que seuls son fils et la conjointe de celui-ci participent aux opérations de la ferme. C’est tout un contraste avec son ancien modèle d’affaires, admet l’éleveur.

L’avantage, c’est que j’ai le temps de réfléchir, étant seul à m’occuper de mes veaux. Le rythme n’est pas aussi rapide qu’avant.

Jean-Robert Audet, propriétaire de la Ferme Jean-Robert Audet et fondateur du VeauCharlevoix

Même s’il produit du veau depuis maintenant près de 40 ans, M. Audet n’a aucune intention de s’arrêter, comme en témoigne son nouveau projet.

« Je fais ce que j’aime et je continue de faire ce que j’aime. Ça ne "magane" pas, dans ce temps-là », dit-il.

La marque Veau Charlevoix a vu le jour dans les années 1980. En septembre 2014, l'entreprise de M. Audet s'était placée sous la protection de la Loi sur la faillite. L'année suivante, l'entreprise Écolait a récupéré la marque, avant d'être à son tour achetée par Délimax-Montpak en 2017.

Alimentation

Économie