•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 30 ans… Les Aventuriers du timbre perdu

    Scène du film «Les Aventuriers du timbre perdu». Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Vous rappelez-vous de l'histoire rocambolesque des Aventuriers du timbre perdu? Le 16 décembre 1988, ce nouveau film de la série Contes pour tous prenait l'affiche. Replongez en archives dans les aventures de ce septième film de la populaire série québécoise pour la famille.

    « Le cinéma pour enfants se porte bien au Québec », annonce le présentateur Charles Tisseyre en introduction de ce reportage au bulletin de nouvelles Montréal ce soir du 9 décembre 1988.

    Réalisé par Michael Rubbo, le film Les Aventuriers du timbre perdu s’inscrit dans la série Contes pour tous, devenue « l’enfant chérie du jeune public ». Depuis 1984, cette série du producteur québécois Rock Demers a notamment offert les films La Guerre des tuques, Bach et Bottine et La Grenouille et la baleine.

    Le journaliste Paul Toutant fait la critique du plus récent film de la série. Les Aventuriers du timbre perdu est selon lui un film très rigolo qui mélange fantastique et aventure.

    Un garçon au regard surpris prend place derrière un cavalier sur un timbre-poste.Le personnage de Ralph parvient à voyager à bord d'un timbre dans le film « Les Aventuriers du timbre perdu ». Photo : Radio-Canada

    Le film raconte les péripéties d’un garçon de onze ans qui découvre dans un vieil album une formule magique lui permettant de rétrécir et de voyager à bord d'un timbre.

    Avec Les Aventuriers du timbre perdu, la série Contes pour tous prend aussi une dimension internationale. À l’aide des timbres, les jeunes protagonistes sont transportés en Chine et en Australie.

    Non seulement ce film donnera soif de découvrir le monde aux jeunes Québécois, mais il suscitera chez certains la passion des timbres…

    La philatélie post-Aventuriers du timbre perdu

    Au jour le jour, 24 avril 1989

    Ce reportage à l’émission Au jour le jour du 24 avril 1989 illustre bien l’engouement pour la philatélie suivant la sortie du film.

    La journaliste France Nadeau interroge de jeunes philatélistes au Salon du timbre-poste à Montréal. L’un d’eux témoigne : « Quand j’ai vu le film des Aventuriers, ça a commencé là et j’ai aimé ça. »

    La journaliste rencontre également le chanteur et philatéliste Jean Lapointe. À son magasin, La Timbragie, il tente d’orienter les jeunes pour qu’ils fassent une collection en suivant une thématique peu onéreuse.

    Il les met aussi en garde contre le fait de chercher à empocher de l’argent.

    « Il faut prendre la philatélie comme un passe-temps. C’est le but premier, mais c’est un passe-temps où il y a beaucoup d’éducation », affirme-t-il. « Les jeunes aujourd’hui peuvent savoir l’histoire du Canada comme personne s’ils apprennent à lire les timbres. »

    La suite des Aventuriers du timbre perdu

    Montréal ce soir, 5 octobre 1994

    Cinq ans après Les Aventuriers du timbre perdu, la série Contes pour tous offre pour la première fois une suite à un de ses films. Le Retour des aventuriers du timbre perdu prend l’affiche à l’automne 1994.

    Le succès populaire sera encore une fois au rendez-vous, mais le journaliste Paul Toutant se montre plus sévère dans sa critique au Montréal ce soir du 5 octobre 1994.

    Le résultat de ce 15e film de la série Contes pour tous est inégal. Les effets spéciaux sont réussis et les images des pays visités font rêver. Le scénario du film présente cependant plusieurs faiblesses.

    Tout comme le film précédent, Le Retour des aventuriers du timbre perdu a été tourné en anglais. Cette fois par contre, la mauvaise qualité du doublage en français rend l’expérience pénible.

    Cela n’empêche pas le journaliste de qualifier le film de « recommandable », sans doute en grande partie parce qu’il s'insère dans la série du respecté producteur Rock Demers.

    « Les contes pour tous garantissent du divertissement intelligent, où la violence cède sa place à la pensée magique », conclut Paul Toutant.

    Encore plus de nos archives



    Archives

    Arts