•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opioïdes : toujours plus d'hospitalisations en raison des surdoses au pays

Feuille d'érable avec des comprimés d'opioïdes
Feuille d'érable avec des comprimés d'opioïdes Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Plus de 2000 Canadiens ont perdu la vie pendant la première moitié de 2018 alors que les taux d'hospitalisation pour une surdose aux opioïdes continuent d'augmenter partout au Canada.

L’espérance de vie au pays avait augmenté de près de trois ans entre 2000 et 2016; depuis, cette tendance a été inversée. Ce renversement concorde avec la crise des opioïdes, selon Christina Lawand, chercheuse principale pour l’Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

C’est beaucoup plus important que les décès dûs aux accidents de la route, [...] que la crise du sida qu’on a vécue dans les années 80. C’est une épidémie qu’on doit prendre très au sérieux

Christina Lawand, chercheuse principale pour l’Institut canadien d'information sur la santé (ICIS)
Carte des hospitalisations par provinceHospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes, par province ou territoire et au Canada, 2017 - Données du Québec de 2016 - L'ICIS n’a pas reçu les enregistrements du Nunavut pour 2016-2017. Photo : Institut canadien d’information sur la santé

Au cours des cinq dernières années, les taux d’hospitalisation associées à une surdose aux opioïdes ont augmenté de 27 % au pays.

Dans un tiers des cas, la surdose est intentionnelle : Il s’agit donc de tentatives de suicide ou de se blesser. Ça montre la complexité du problème et qu’il y a beaucoup de liens avec la santé mentale, précise Mme Lawand.

Ce sont les hommes âgés de 25 à 44 ans qui ont connu la hausse des taux d’hospitalisation la plus rapide, avec un bond de 30 %.

Augmentation des visites aux urgences : situation inquiétante en Ontario

Au Canada, le nombre d’hospitalisations a augmenté de 27 % entre 2013 et 2018. En Ontario les taux de visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes ont grimpé de 73 %.

Source : Institut canadien d’information sur la santé - Intoxication aux opioïdes au Canada et en Ontario - Taux d'hospitalisation : nombre d’hospitalisations par 100 000 habitants Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon / Icônes : Freepik de www.flaticon.com

L’Ontario connait une très forte augmentation du nombre de visites aux salles d’urgence pour une surdose aux opioïdes.

Entre 2016 et 2017, les taux de visites à l’urgence en raison d’une telle surdose ont bondi de 73 % en Ontario.

Mais selon Mme Lawand, ces données s'expliquent peut-être par une plus grande sensibilisation. Il peut y avoir un côté positif à la médaille : Lorsqu’on a [...] une surdose, il est recommandé que même lorsqu’on reçoit une dose de la naloxone on doit se rendre à l’urgence, chose qui n’était pas nécessairement faite dans les années antérieures, explique-t-elle.

Les admissions à l’hôpital pour ces raisons ont augmenté à Terre-Neuve-et-Labrador, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique, tandis qu’ils ont baissé dans les autres provinces.

L’ICIS croit que ces baisses s’expliquent entre autres par les nouvelles lignes directrices pancanadiennes pour les ordonnances, l’augmentation du nombre de centres de consommation supervisée ou de prévention des surdoses et un meilleur accès à la naloxone, un médicament pouvant renverser les effets d’une surdose d’opioïdes.

Les petites communautés plus touchées

Le nombre d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes atteint des sommets dans les collectivités de 50 000 à 99 999 habitants.

Les grandes villes au pays font face à des problèmes de toxicomanie depuis plus longtemps et ont donc plus de services en place comme des sites de consommation supervisée par exemple, ajoute la chercheuse.

Brandon Bailey, militant qui souhaite l'installation d'un site de prévention des opioïdes à Windsor, affirme que toutes autorités qui voulaient des données, qui ont maintenant ces données et qui ne font rien ont du sang sur les mains.

Une affirmation rejetée par le maire de Windsor, Drew Dilkens, qui soutient que la majorité des décès ont lieu dans des résidences privées : Le maire de Vancouver m'a dit plus tôt cette année que ceux qui sont victimes d'une surdose à Vancouver et qui en meurent le font des résidences privées. Donc même avec un site d'injection supervisée, les décès par surdose augmentent.

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) ont publié mercredi de nouvelles données sur l’épidémie de surdoses d’opioïdes au Canada.

Windsor

Crise des opioïdes