•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’affaire Huawei refroidit les actions de Canada Goose

Des manteaux Canada Goose accrochés dans un magasin.
L'appel au boycottage a commencé sur le réseau social chinois Weibo quand des utilisateurs l’ont proposé en représailles à la détention de la fille du PDG et fondateur de Huawei. Photo: La Presse canadienne / Aaron Vincent Elkaim
Radio-Canada

Les actions de Canada Goose ont baissé de 20 % après que la compagnie ait été la cible d'un boycottage de la part de clients chinois choqués par la détention de la directrice financière du géant des télécommunications Huawei à Vancouver.

Les manteaux coûteux de la compagnie sont devenus une marque prisée en Chine depuis leur lancement l’an dernier. La marque a subi des contrecoups, durant au moins cinq jours, après l'arrestation de Meng Wanzhou. L’action a toutefois remonté mercredi au lendemain de la libération sous caution de la femme d’affaires.

L'appel au boycottage a commencé sur le réseau social chinois Weibo quand des personnes ont proposé cette action en représailles à la détention de la fille du PDG et fondateur de Huawei. Il a pris de l’ampleur après que le journal chinois Global Times eut relayé cette information.

« Ils sont gouvernés par l’État, et l’État utilisera tout ce qu’il peut pour mobiliser ses citoyens », déclare le consultant en vente Bruce Winder, du réseau Retail Adviser’s.

« Ils s’en prennent à une compagnie qui est une de nos championnes », ajoute-t-il.

D'après les informations de Pete Evans

Colombie-Britannique et Yukon

Procès et poursuites