•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des adolescents piègent un présumé pédophile

Gros plan sur un homme qui écrit sur son clavier.
Un homme écrit sur son clavier. Photo: iStock
Radio-Canada

Un homme de Saint-Félicien a été accusé mercredi de leurre d'enfants après que des adolescents lui aient tendu un piège sur le web. Même s'ils n'avaient pas l'aval de leur école et de leur enseignant, les jeunes ont tout de même contribué à l'arrestation d'un présumé pédophile.

Un texte de Mélissa Savoie-Soulières

Grâce au travail des adolescents, Jeannot Boivin, 68 ans, a été arrêté à son domicile du Lac-Saint-Jean mercredi matin par des agents du Service de police de la Ville de Saguenay (SPVS). Il a ensuite comparu au palais de justice de Roberval.

Des élèves du secondaire de Saguenay avaient décidé de jouer les justiciers dans le cadre d'un projet scolaire. Ils ont créé un faux profil sur un site de rencontres. De fil en aiguille, les jeunes ont réussi à amasser toutes les preuves nécessaires pour faire accuser l'homme au criminel.

Il y a eu des contacts qui ont été faits avec l'homme en question, des propositions également puisqu'on parle de leurre et d'incitation à des contacts sexuels. Il y a des propos qui étaient quand même assez invitants dans les discussions. Il y a même un rendez-vous qui s'était donné dans un restaurant, affirme le porte-parole du SPVS, Bernard Moreau.

Tous ces contacts avaient été initiés par les adolescents sans l'approbation de leur enseignant et de leur école. Dès que leur enseignant s'est aperçu de leur projet, il y a tout de suite mis fin et a alerté la police.

Les enquêteurs du SPVS ont pris connaissance des preuves amassées par les jeunes et ont pu arrêter le suspect.

« On ne recommande pas ça du tout », affime la police

Bien que cette histoire finisse bien, la police de Saguenay n'encourage pas la population à jouer les justiciers.

Il peut y avoir un danger, affirme d'emblée le porte-parole de la police, Bernard Moreau. Il ne faut jamais assister à des rencontres ou des rendez-vous donnés juste pour le piéger en disant qu'on va juste le prendre en photo. On ne sait pas comment ça peut virer. Il faut être très, très prudent.

Ce n'est pas recommandé [de faire sa propre enquête] par le Service de police de la Ville de Saguenay même si ça a mené à une arrestation.

Bernard Moreau, porte-parole, Service de police de la Ville de Saguenay

Pour des raisons de sécurité, on ne peut pas identifier l'école, ni les jeunes. Toutefois, les deux commissions scolaires de Saguenay comptent sensibiliser leurs élèves aux comportements sécuritaires à adopter en ligne.

Saguenay–Lac-St-Jean

Justice