•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sheldon Kennedy se retire du Centre de défense des enfants

Sheldon Kennedy de profil.
Sheldon Kennedy reçoit un doctorat honorifique pour son travail de promotion de la prévention de la maltraitance envers les enfants. Photo: La Presse canadienne / Justin Tang

L'ancien joueur de la Ligue nationale de hockey Sheldon Kennedy a demandé que son nom soit retiré du Centre de défense des enfants Sheldon Kennedy, situé à Calgary. Il désire prendre du temps pour s'occuper de sa santé mentale.

« Je dis toujours que les gens doivent d’abord et avant tout prendre soin de leur propre santé mentale et trouver un équilibre dans leur vie. Je dois maintenant suivre mes propres conseils », a-t-il déclaré dans un communiqué de presse.

Il estime que le fait d’avoir son nom sur le bâtiment signifiait qu'il devait assumer la responsabilité de son fonctionnement quotidien, s’occuper des employés de première ligne, des donateurs, des bénévoles et des victimes.

M. Kennedy se consacre depuis plusieurs années à la prévention de la maltraitance envers les enfants, car il a lui-même été victime d’agression sexuelle alors qu’il évoluait dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest avec les Broncos de Swift Current, de 1986 à 1989. Son agresseur était son entraîneur-chef Graham James, qui a fait plusieurs autres victimes.

Sheldon Kennedy qualifie son travail auprès du Centre de défense des enfants d'enrichissant. « [Mais] il était évident que je ne pourrais pas atteindre l’équilibre essentiel dont j’ai besoin dans ma vie si mon nom demeurait affiché sur le centre. Le temps est venu de me retirer et l’avenir est prometteur », a-t-il ajouté.

Celui qui raconte son histoire dans le livre Pourquoi je n’ai rien dit continuera de travailler avec le Respect Group, qu’il a cofondé. Cet organisme offre des programmes de prévention en ligne visant à éliminer les abus, l'intimidation, le harcèlement et la discrimination dans les sports, à l'école et dans les milieux de travail.

Fierté et respect

La coprésidente du conseil d’administration du Centre de défense des enfants, Debra Mauro, indique que la direction respecte la décision de M. Kennedy : « Nous sommes fiers de Sheldon et du travail inlassable qu’il a accompli. Il a été un défenseur hors pair du centre et des victimes de maltraitance d’enfants. »

Mme Mauro a salué le dévouement de son ancien collègue, prenant le soin de préciser que sa décision n’allait guère compromettre les activités quotidiennes du centre et que les services seront maintenus.

Selon Sheldon Kennedy, l’établissement sera renommé Centre de défense des enfants de Calgary, mais Debra Mauro précise plutôt que le centre garderait son nom actuel jusqu'à ce que les dirigeants annoncent un nouveau nom.

Saskatchewan

Société