•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement de Doug Ford défend la nomination du nouveau chef de la Police provinciale

Le surintendant Ron Taverner en point de presse
Le surintendant Ron Taverner est un ami de la famille Ford. Photo: CBC
Radio-Canada

Le commissaire par intérim de la Police provinciale de l'Ontario (PPO), Brad Blair, demande à l'ombudsman de la province de faire enquête sur la nomination du nouveau commissaire, Ron Taverner, à la suite d'allégations d'ingérence politique.

La cheffe de l'opposition officielle, Andrea Horwath, a elle aussi demandé la tenue d'une enquête.

De son côté, la ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Sylvia Jones, continue de soutenir la nomination de Ron Taverner, un ami de la famille Ford.

Le gouvernement de Doug Ford soutient le processus qui a mené à la nomination de M. Taverner au poste de prochain commissaire de la Police provinciale de l'Ontario, écrit la ministre Sylvia Jones par voie de communiqué, mercredi.

Le chef intérimaire veut enquêter sur son successeur

M. Blair dirige le corps policier à titre intérimaire depuis le départ de Vince Hawkes, le 2 novembre. Dans sa requête envoyée à l'ombudsman Paul Dubé mardi, il soutient que les questions soulevées à la suite de la nomination de M. Taverner « minent le moral des troupes ».

Le gouvernement conservateur a annoncé le choix de M. Taverner à la fin de novembre. Il doit entrer en service le 17 décembre.

Dans un communiqué, la ministre Sylvia Jones dit qu'elle ne commentera pas les motivations de M. Blair.

Nous allons déterminer la manière appropriée d'examiner le contenu d'une lettre que nous contestons totalement, dit-elle par voie de communiqué.

M. Taverner a plus de 50 ans de service de police exemplaire. Il est regrettable que ce service ait été injustement critiqué par des allégations sans fondement. Nous respecterons toute décision prise par l'ombudsman au sujet d'une enquête sur cette affaire et nous coopérerons.

Sylvia Jones, ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels

M. Taverner, un surintendant du Service de police de Toronto, est un ami de la famille du premier ministre Doug Ford.

Photo des deux hommes.Doug Ford et Ron Taverner lors d'un gala en 2016 Photo : Facebook / Reena Foundation

Horwath et Lalonde demandent à Taverner de repousser son entrée en fonction

La cheffe de l'opposition officielle à Queen's Park, Andrea Horwath, demande à Ron Taverner de se retirer jusqu’à ce qu'une enquête soit complétée. Mme Horwath voudrait aussi qu'un comité de l'Assemblé législative composé d'élus de différents partis soit sommé d'enquêter sur cette affaire. M. Taverner doit entrer en fonction lundi prochain.

Selon Mme Horwath, « il ne peut même pas y avoir une apparence de conflit d’intérêts dans la nomination du commissaire de la PPO ».

Vous devez agir. Vous devez vous retirer. C'est le moment de faire preuve d'intégrité.

Andrea Horwath, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l'Ontario

Mme Horwath qualifie de « honteux » le communiqué de la ministre Sylvia Jones qui défend le processus de nomination du commissaire de l’OPP.

La députée Marie-France Lalonde a aussi dénoncé le processus de nomination.

Les deux politiciennes ont aussi salué « le courage de Brad Blair de sonner l'alarme ».

Plus tôt dans la journée, Doug Ford a quitté un hôtel du centre-ville de Toronto sans s'adresser aux journalistes sur place.

Un véhicule motorisé pour Doug Ford

Dans sa lettre à l'ombudsman Paul Dubé, le commissaire par intérim de la PPO, Brad Blair, affirme aussi que le chef de cabinet de Doug Ford, Dean French, a demandé au corps policier d'acheter un véhicule motorisé personnalisé pour la sécurité du nouveau premier ministre et d'en garder le coût secret. Contacter une compagnie sans appel d'offres et demander de ne pas divulguer publiquement les sommes déboursées constitue à tout le moins une violation des politiques budgétaires du gouvernement de l'Ontario, affirme M. Blair.

Quelques jours après la nomination de M. Taverner, le gouvernement a reconnu qu’il avait abaissé les critères de sélection pour le poste dans le but d’attirer un plus grand nombre de candidats.

Lors du premier affichage, on demandait aux candidats d’occuper un poste de chef adjoint ou de sous-commissaire. Cette exigence a été retirée deux jours plus tard.

Ron Taverner est surintendant, soit deux échelons au-dessous du rang de chef adjoint, au sein de la Police de Toronto.

Le commissaire par intérim de la PPO, Brad Blair, en uniforme dans une photo officielle Le commissaire par intérim de la PPO, Brad Blair Photo : Police provinciale de l'Ontario

Le commissaire par intérim Brad Blair soutient que l’indépendance de la Police provinciale est remise en question dans toute cette affaire et que la confiance du public envers le corps policier pourrait être ébranlée si rien n’est fait.

Dans une lettre, son avocat, Julian Falconer, demande à la ministre de la Sécurité communautaire et à la procureure générale de reporter l’entrée en fonction de Ron Taverner.

Le groupe Démocratie en surveillance (Democracy Watch) avait pour sa part réclamé une enquête du commissaire à l’intégrité sur cette nomination.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Politique provinciale