•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un suspect arrêté relativement au meurtre de Renée Sweeney, commis il y a 20 ans

Renee Sweeney

Le 27 janvier 1998, Renée Sweeney a reçu trente coups de couteau de son agresseur selon la police.

Photo : Radio-Canada / Police du Grand Sudbury

Radio-Canada

Le Service de police du Grand Sudbury a arrêté un homme dans l'enquête sur le meurtre Renée Sweeney en 1998. Robert Steven Wright, 39 ans, devra répondre à des accusations de meurtre au premier degré, déposées formellement ce mercredi 12 décembre.

Il a été arrêté mardi avant-midi au Centre régional de santé de North Bay, sous la direction de l’inspecteur-détective Rob Matthews du détachement de North Bay de la PPO.

M. Wright y travaille en tant que technicien de laboratoire.

Des preuves médico-légales, non dévoilées à la presse, ont mené à cette arrestation.

Depuis l'arrestation, les détectives des services policiers de Sudbury ont exécuté trois mandats de perquisition.

Le présumé meutrier a comparu devant un juge au Palais de justice de Sudbury, qui a reporté son audience de mise en libération sous caution à jeudi prochain, à la Cour supérieure de justice.

Deux vieilles photos d'un jeune homme.

Des photos de l’accusé tirées de son album de finissants du secondaire.

Photo : Radio-Canada / Maud Cucchi

Robert Steven Wright, aussi connu sous le nom de Steven « Steve » Wright avait 18 ans au moment du crime.

Il était élève à l’école secondaire Lockerby Composite School à Sudbury.

Pendant les deux décennies d’enquête, la police a poursuivi plus de 2000 pistes et écarté 1500 suspects.

Portrait-robot du suspect du meurtre de Renee Sweeney

Portrait-robot du suspect du meurtre de Renee Sweeney

Photo : Parabon Nanolabs

La police indique qu’elle ne dévoilera pas plus de détails pour éviter de nuire au processus judiciaire.

Retour sur les événements

Renée Sweeney, 23 ans, a été tuée le 27 janvier 1998 dans le magasin de location de vidéos érotiques où elle travaillait.

Un homme s’était alors enfui de la scène de crime.

Des gants et un coupe-vent qui lui auraient appartenu avaient été retrouvés durant l'enquête qui a suivi, mais le suspect lui-même n’avait jamais été revu.

Devanture du magasin où Renee Sweeney a été tuée.

Le meurtrier a tué Renee Sweeney dans ce magasin en plein jour.

Photo : Police du Grand Sudbury

Une empreinte digitale partielle, une trace de soulier et un échantillon d’ADN n’avaient pas pu mener à l’arrestation du meurtrier.

La police avait relancé l’enquête en 2017 en créant un portrait-robot fabriqué à partir de l’ADN recueilli sur la scène de crime.

Un meurtre que personne n'a oublié

Le meurtre de Renée Sweeney a marqué les esprits de nombreux résidents.

Depuis l'annonce de l'arrestation du présumé meurtrier, les commentaires pleuvent sur les réseaux sociaux.

Sarah May, l'auteure d'un livre à paraître sur les meurtres non résolus à Sudbury, avait 11 ans au moment des faits. Elle se rappelle la panique qui avait envahi sa mère à l'époque, mais aussi de l'émotion qu'avait suscitée cet événement dans la communauté.

Son meurtre a vraiment changé la manière dont les gens se percevaient, car ils ont dressé un portrait robot du suspect très vague donc tout le monde pouvait avoir dans son entourage quelqu'un qui lui ressemblait, raconte-t-elle.

Comme bien des gens, elle espère que cette arrestation permettra aux policiers de résoudre cette affaire vieille de 20 ans.

Nord de l'Ontario

Crimes et délits