•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins 25 ans de prison pour Laylin Delorme

À gauche, un homme barbu et souriant. À droite, un homme dehors en hiver souriant à la caméra.
Karanpal Bhangu, âgé de 35 ans, et Ricky Cenabre, 41 ans, ont tous deux été abattus dans la nuit du 18 décembre 2015. Photo: CBC

Laylin Delorme, reconnu coupable du meurtre de deux commis de dépanneurs en 2015, devra passer au moins 25 ans en prison avant de pouvoir demander une liberté conditionnelle. La Couronne demandait le double.

L'homme avait été reconnu coupable des deux meurtres au premier degré, ainsi que de deux vols à main armée en juin.

Le temps minimal en prison pour un meurtre au premier degré est de 25 ans. Le juge devait décider si les deux peines allaient être purgées de manière consécutive. Il a décidé que non, pour laisser « un peu d’espoir » à l’accusé, a-t-il dit.

C’était d’ailleurs ce qu’avaient recommandé trois des jurés. Deux autres avaient recommandé une peine consécutive pour un total de 50 ans en prison. Sept autres s’étaient abstenus.

Le juge a qualifié les crimes de Delorme de « froids et insensés ». Il a cependant considéré son passé difficile pour déterminer sa peine. L’avocat de la défense avait souligné que son client avait eu une enfance sans éducation, marquée par la violence et les abus sexuels.

Karanpal Bhangu et Ricky Cenabre ont été tués à 40 minutes d’intervalle, dans deux dépanneurs Mac’s différents, le 18 décembre 2015. Laylin Delorme était accompagné de Colton Steinhauer et d’un jeune d’âge mineur au moment des crimes.

Laylin Delorme a reconnu avoir tiré sur l'une des deux victimes, mais affirme que c’est Colton Steinhauer qui est responsable du deuxième meurtre.

Ce dernier et le jeune d'âge mineur font aussi face à des accusations de meurtre.

La salle était calme lorsque la peine est tombée, mais cela n'a pas duré.

La famille de Ricky Cenabre, l'une des victimes, aurait reçu des menaces de la part des proches de l'accusé à la sortie du tribunal. Des commentaires racistes auraient entre autres été prononcés.

L'émotion était évidente chez les quatre membres de la famille dont certains disent craindre pour leur sécurité.

Alberta

Justice et faits divers