•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle raffinerie de pétrole en Alberta?

Raffinerie Suncor.
La raffinerie de Suncor à Edmonton est l'une des quatre raffineries dans la province. Photo: La Presse canadienne / Jason Franson
Radio-Canada

L'Alberta étudie quel serait l'intérêt du secteur privé pour la construction d'une raffinerie dans la province. Cela permettrait de résorber la crise actuelle dans l'industrie et de vendre le pétrole albertain « à sa juste valeur », selon le gouvernement.

Un texte de Charlotte Dumoulin

Le gouvernement de Rachel Notley a lancé cet appel de manifestations d'intérêt mardi lors d'une conférence de presse. Les entreprises ont jusqu'au 8 février prochain pour se manifester.

La première ministre est ouverte à différentes ententes, mais « le projet doit être bon pour l'Alberta et garantir un retour en investissement pour les Albertains », assure-t-elle.

Le gouvernement sait que certaines entreprises s'intéressent déjà à un tel projet. À l'heure actuelle, quatre raffineries fonctionnent dans la province.

« Notre but ultime est qu'un plus grand nombre de nos produits soient raffinés ici », dit la première ministre.

Drew Barnes, porte-parole de l'opposition en matière de finances, considère que cette annonce est une tentative d'un gouvernement désespéré à l'approche des élections de 2019. Selon lui, le gouvernement néo-démocrate a tout fait depuis le début de son mandat pour dissuader les investissements du secteur privé.

En octobre, le prix du baril canadien et celui du baril américain avaient atteint une différence record de 50 $ en raison notamment de la surproduction de pétrole dans la province et du manque de capacité dans les pipelines au pays.

Selon le gouvernement de l'Alberta, cet écart entre les prix de barils représentait 80 millions de dollars en perte chaque jour pour l'économie canadienne.

Réponse à François Legault

Rachel Notley n'a pas mâché ses mots mardi en répliquant au premier ministre du Québec, qui a qualifié le pétrole albertain d'« énergie sale » cette semaine.

[Le premier ministre du Québec] devrait arrêter de prendre des airs supérieurs. Il doit regarder ce qui se trouve dans le sol et comprendre que non seulement notre produit n'est pas sale, mais qu'il finance les écoles, les hôpitaux et les routes.

Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

Elle précise également que les propos du Québec contiennent « une grande part » d'hypocrisie au sujet de l'industrie albertaine.

Alberta

Industrie pétrolière