•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture du puits d'eau de Saint-Malo compromise

La devanture du bureau municipal de la municipalité rurale De Salaberry au Manitoba.
Selon le préfet de la municipalité rurale De Salaberry, Darrel Curé, aucune économie financière ne sera faite avec la fermeture du puits d'eau de Saint-Malo. Ce sont plutôt des questions de sécurité qui ont incité le conseil à agir. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des résidents mécontents pourraient déposer une motion mardi soir au conseil de la Municipalité rurale De Salaberry afin qu'elle infirme la décision de fermer son accès au puits d'eau à compter de décembre 2019.

La décision avait été prise par le conseil précédent en août et doit être envoyée à la Régie des services publics du Manitoba pour approbation.

Le préfet de la municipalité rurale De Salaberry, Darrel Curé, dit qu’aucune économie financière ne sera faite avec cette fermeture. Ce sont plutôt des questions de sécurité qui ont incité le conseil municipal à agir.

« Le conseil municipal a décidé de fermer la station parce qu’il y a d’importantes responsabilités civiles qui s’accumulent, affirme-t-il. Ce n’est pas de l’eau potable. On ne veut pas que les gens soient malades à boire cette eau. »

Darrel Curé dit qu'il est incapable de dire combien de personne ou de litres d’eau sont tirés du puits annuellement, mais que les résidents dépensent 200 $ par an pour acheter une clé de la station de remplissage. Quatorze personnes en possèdent une.

Selon le préfet, encore aujourd’hui, quelques agriculteurs et propriétaires d’entreprises locales utilisent la station de remplissage.

Les résidents qui souhaitent garder le puits ouvert peuvent se présenter au conseil municipal mardi soir pour déposer une motion. La proposition sera ensuite discutée en profondeur au conseil municipal de janvier.

Darrel Curé s’attend à ce que des résidents déposent une motion, car certaines personnes, dont un conseiller municipal, lui ont déjà fait part de leur désir de voir l’infrastructure rester ouverte.

« Si les gens veulent faire part de leurs commentaires ou de leurs préoccupations, ils doivent s’adresser directement à la Régie des services publics du Manitoba, et tous les commentaires seront transmis à la Municipalité », indique-t-il.

Manitoba

Société