•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ligue des Noirs réclame 4 millions au SPVM pour profilage racial

Voiture sur laquelle on voit le logo du SPVM et la mention SPVM Police.

La Ligue des Noirs intente une action collective pour profilage racial contre le SPVM.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

La Ligue des Noirs du Québec va déposer au cours des prochains jours une demande d'action collective contre le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Elle y dénonce le profilage racial dont ferait preuve le corps policier.

Les plaignants reprochent au SPVM de procéder à « des arrestations injustifiées, je dirais même illégales », indique Jacky-Éric Salvant, l'avocat du groupe de plaignants, à l'émission Isabelle Richer. « Ça procède par des interventions au niveau de l'incivilité, des infractions vraiment bénignes, qui finissent par des [accusations d']entraves au travail des policiers ou de voies de fait contre les policiers ».

Selon lui, ces événements se terminent souvent par un retrait des accusations ou par un acquittement, parce que l'arrestation était illégale.

Un groupe d'environ 500 personnes a été constitué pour lancer l'action collective, et d'autres personnes pourraient s'y joindre, précise M. Salvant.

Le montant réclamé est de 8000 $ pour chacune d'entre elles, soit un total de 4 millions de dollars.

Un juge devra maintenant entériner cette demande d'action collective.

Questionné sur les recommandations à donner aux personnes arrêtées par la police et qui croient être victimes de profilage racial, M. Salvant affirme qu'elles doivent s'identifier et collaborer « au maximum » avec la police, mais qu'elles devraient demander aussi au policier de s'identifier.

« Chaque policier a l'obligation, en vertu du code de déontologie, de donner son numéro matricule et son nom. Alors je leur dis : "Si vous pensez que vous avez été interpellé sans motif, pour des raisons à caractère discriminatoire ou [en raison de] profilage racial, collaborez, déclinez votre identité et par la suite demandez au policier de s’identifier lui aussi, de donner son nom, son matricule". Par la suite, il y a des recours qui peuvent être faits au niveau de la déontologie policière ou, comme on fait en ce moment, un recours collectif », indique-t-il.

Le SPVM a déposé mardi après-midi son Plan stratégique pour soutenir son personnel en matière de prévention du profilage racial et social 2018-2021.

Qu'est-ce que le profilage racial?

« Le profilage racial désigne toute action prise par une ou des personnes en situation d’autorité à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes, pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de protection du public, qui repose sur des facteurs d’appartenance réelle ou présumée, tels [sic] la race, la couleur, l’origine ethnique ou nationale ou la religion, sans motif réel ou soupçon raisonnable, et qui a pour effet d’exposer la personne à un examen ou à un traitement différent », peut-on lire sur le site de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Justice et faits divers