•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les circonstances du décès du pompier Carmel Moreault dévoilées

Le pompier Carmel Moreault a succombé à ses blessures après un accident survenu sur les lieux d'un incendie à Témiscouata-sur-le-Lac.
Le pompier Carmel Moreault a succombé à ses blessures après un accident survenu sur les lieux d'un incendie à Témiscouata-sur-le-Lac. Photo: Facebook/Carmel Moreault

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) dévoile les conclusions de son enquête sur la mort du pompier volontaire Carmel Moreault, survenue le 1er mai dernier à l'usine Cascade de Témiscouata-sur-le-Lac.

L’accident s’est produit lorsqu’un incendie s’est déclaré dans une partie de l’usine Cascades. Après l’intervention, trois pompiers ont fait une inspection finale des lieux pour vérifier que le foyer du brasier était complètement éteint.

C’est à ce moment qu’une partie du conduit de ventilation qui sert au séchage du papier s’est effondrée sur Carmel Moreault. Il a été dégagé par ses collègues et transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté.

Selon le rapport des inspecteurs de la CNESST, 800 litres d'eau s’étaient accumulés dans la conduite pendant l’intervention des pompiers, ce qui a provoqué la rupture des supports de fixation qui étaient conçus pour soutenir un poids de 450 kilos.

L'attache qui a rompu lors de l'accident.L'attache qui a rompu lors de l'accident Photo : Gracieuseté - CNESST

Les inspecteurs ont pu déterminer qu'avec l'eau, la conduite avait un poids total de 1469 kilos, soit un peu plus de trois fois la capacité des attaches.

La CNESST constate également que la conception même du système de ventilation a entraîné l’accumulation d’eau à l’intérieur du conduit.

Le conduit de ventilation qui s'est effondré lors de l'accident.Le conduit de ventilation qui s'est effondré lors de l'accident Photo : Gracieuseté - CNESST

L'entreprise Cascade a apporté les correctifs demandés par la CNESST.

Il y a eu des correctifs de fait, l’événement fait en sorte qu’on a pu cibler un risque qui n’était pas ciblé à l’heure actuelle.

Luc Lepage, inspecteur pour la CNESST

L’entreprise Cascades a d’ailleurs réagi à la publication du rapport. Le vice-président, communications et affaires publiques chez Cascades, Hugo D'Amours, affirme que cette nouvelle ravive de douloureux souvenirs pour l'entreprise et ses employés.

Ça a été un accident tragique [...] Il faut faire tout ce qui est en notre pouvoir pour apprendre de ces choses-là et poser les correctifs nécessaires [...] et c'est ce qu'on fait tous les jours.

Hugo D'Amours, vice-président, communications et affaires publiques chez Cascades

Cascades dit avoir collaboré avec les enquêteurs de la CNESST.

Les conclusions du rapport seront transmises à l'association sectorielle patronale Prévibois, qui est responsable de la sécurité dans les milieux de travail associés à la forêt, aux pâtes et papiers ainsi qu'à la transformation du bois.

D'après les informations d'Isabelle Damphousse

Bas-Saint-Laurent

Accident de travail