•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adoption du budget 2019 à Gatineau : la conseillère Louise Boudrias doit changer son fusil d'épaule

La conseillère est assise dans la salle du conseil et discute.
La conseillère du district du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, Louise Boudrias (archives) Photo: Radio-Canada / Jonathan Dupaul
Radio-Canada

Quelques heures avant l'adoption du budget à Gatineau mardi, la conseillère du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, Louise Boudrias, a dû changer son fusil d'épaule en présentant une seule proposition au lieu des sept dont elle avait parlé la semaine dernière.

Mme Boudrias entend toujours soumettre ses propositions, dont une baisse des impôts fonciers de 1,7 %. Mais, comme il s'agit de rencontre spéciale du conseil municipal, elle ne pourra pas présenter sept recommandations.

Le règlement concernant un conseil spécial ne permet pas le dépôt de résolutions, mais seulement d'amendements à celles qui sont dans le document budgétaire.

Mme Boudrias s'est donc contentée de faire un amendement sur la hausse de taxe. Elle devrait aussi demander que le rapport sur l'analyse approfondie du budget, qui recommande la réduction du fardeau fiscal, soit scindé pour lui permettre d'appuyer les autres recommandations de l'étude.

Le budget qui devrait être adopté dans la journée de mardi s'élève à plus de 623 millions de dollars. Il devrait comporter une réduction de la hausse de taxe, limitée à 2,1 %.

Mme Boudrias, qui souhaite s'attaquer à la masse salariale des employés municipaux, reviendra à la charge avec ses autres recommandations pour le prochain budget, celui de 2020.

Vives réactions lors des discussions sur le budget

La sortie de Mme Boudrias concernant la masse salariale a suscité de vives réactions lors des discussions sur le budget.

Je trouve ça malhonnête la façon dont c'est fait aujourd'hui, je n'ai pas une équipe comme Action Gatineau. Moi j'ai présenté quelque chose de façon honnête, s'est-elle défendu.

On a fait énormément de travail depuis quelques années sur la pénurie de personnel [...] On n'improvise pas [...] On a fait des processus rigoureux, a déclaré pour sa part le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Dans un courriel adressé à Radio-Canada, l'attachée de presse du maire, Laurence Gillot, a démenti les chiffres avancés par Mme Boudrias indiquant que Gatineau se classait en tête des autres grandes villes du Québec au niveau du pourcentage du budget servant à payer ses fonctionnaires, dépassant Laval, Sherbrooke, Trois-Rivières, Montréal et Québec.

À la base, cette information est fausse. [...] Ces chiffres-là ont une limite, parce que l’on continue de comparer des pommes avec des oranges. Par exemple, le service de la dette de presque toutes ces villes représente une plus grande proportion de leur budget d’opération que ce que l’on vit à Gatineau. Nécessairement, cela vient réduire la proportion de la masse salariale comparativement à Gatineau, a-t-elle répondu.

Il n’y a pas d’exagération dans la proposition budgétaire qui est faite aujourd’hui. Présentement, certains cadres sont moins bien payés que les employés syndiqués qui relèvent d’eux. Nous avons des problèmes de recrutement de cadres dans plusieurs services. Nous avons une étude qui est venue nous démontrer, pas plus tard que le mois dernier, que la rémunération de nos employés syndiqués se classe dans la moyenne des grandes villes du Québec, alors que celle des cadres est parmi les plus faibles, a-t-elle conclu.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Politique municipale