•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La directrice financière de Huawei quitte la cour après sa libération sous caution

Une femme avec le visage éclairé par des lumières de caméra.
La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, quitte une cour au centre-ville de Vancouver entourée d’une équipe de surveillance. Photo: Radio-Canada / Alex Migdal
Radio-Canada

La directrice financière de Huawei, géant chinois de télécommunications, a été libérée mardi soir à Vancouver moyennant une caution de 10 millions de dollars.

Meng Wanzhou, âgée de 46 ans, devra demeurer en Colombie-Britannique en attendant son extradition potentielle vers les États-Unis.

Dans sa décision, le juge William Ehrcke précise que 7 des 10 millions de dollars demandés en caution doivent être payés en espèces.

Cinq personnes serviront de garantie à Meng Wanzhou, dont le PDG de Lionsgate Risk Management.

Meng Wanzhou doit aussi se présenter à un agent de cautionnement, avoir une bonne conduite, demeurer dans une maison qui appartient à son mari et y rester entre 23 h et 6 h.

Elle n’aura pas le droit de quitter la Colombie-Britannique.

Croquis de deux femmes assises côte à côte dans une salle d’audiences du palais de justice de Vancouver.Dans ce croquis d’une salle de justice à Vancouver, la dirigeante de Huawei Meng Wanzhou, vêtue de vert, est assise à côté d’une traductrice. Photo : La Presse canadienne / Jane Wolsak

En plus, elle doit remettre ses passeports, porter un bracelet de surveillance électronique à la cheville et vivre sous surveillance continue. Meng Wanzhou devra payer elle-même les coûts de cette surveillance.

Le juge Ehrcke a déclaré que sa seule considération dans cette affaire était de savoir si ces conditions de libération étaient suffisantes pour éviter que Mme Meng ne quitte le pays.

Il juge ainsi que « le risque de son absence en cour peut être réduit à un niveau acceptable » grâce aux conditions de caution.

Violation de sanctions américaines

La femme d’affaires est soupçonnée d’avoir utilisé une entreprise non officielle, Skycom, pour accéder au marché iranien de 2009 à 2014 en violation de sanctions américaines.

Une déclaration officielle de l’entreprise de Meng Wanzhou, Huawei Technologies, a salué la libération de cette dernière.

« Elle se conforme à toutes les lois et à tous les règlements applicables dans les pays et les régions où elle dirige ses opérations, y compris les lois de l’ONU, des États-Unis et de l’Union européenne sur le contrôle des exportations et les sanctions », a affirmé la compagnie.

Extradition vers les États-Unis

La riche femme d’affaires chinoise est détenue au Canada après avoir été arrêtée pendant une escale à l’aéroport de Vancouver, le 1er décembre. Les États-Unis, qui la soupçonnent de fraude, demandent son extradition. Toutefois, l’accusée souhaitait être remise en liberté surveillée à Vancouver en attendant l'aboutissement des procédures.

Son avocat avait fait valoir que les risques qu’elle tente de s’enfuir du Canada pour éviter d’être extradée aux États-Unis sont faibles. Il a tout de même évoqué la possibilité qu’elle soit surveillée électroniquement et a aussi notamment tenté de convaincre le juge que son mari, Liu Xiaozong, serait un garant approprié pour la retenir en Colombie-Britannique.

Le juge William Ehrcke a fait part de ses doutes à cet égard, soulignant que Liu Xiaozong ne réside pas en Colombie-Britannique et qu’il possède un visa de visiteur lui permettant de rester au pays six mois seulement.

L’avocat de la défense a présenté mardi, au troisième jour des audiences de libération sous caution, quatre autres personnes aussi volontaires pour se porter garantes de la femme de 46 ans. Ainsi, un agent immobilier, un courtier d’assurances, une ancienne voisine et la femme d’un ancien employé de Huawei ont soutenu qu’ils étaient prêts à donner des garanties pour assurer la libération sous caution de Mme Meng. Au total, ils seraient disposés à débourser un total de 3,2 millions de dollars.

D'après les informations de Michaële Perron-Langlais, Jason Proctor et Briar Stewart

Colombie-Britannique et Yukon

Justice