•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nettoyeurs n’ont pas vu de tache de sang sur le veston de Dennis Oland

Le veston brun de Dennis Oland.
Le veston brun de Dennis Oland est une pièce importante de la cause, notamment parce que des analyses y ont décelé la présence de traces de l'ADN de Richard Oland et des taches de sang. Photo: Photo présentée en preuve au procès de Dennis Oland
Radio-Canada

Le célèbre veston brun taché de sang est au coeur du 11ème jour du procès de Dennis Oland pour meurtre non prémédité. Les propriétaires d'une entreprise de nettoyage à sec ont affirmé qu'ils n'ont pas remarqué la présence de sang sur les vêtements déposés par les Oland.

Un texte de Catherine Allard

La conjointe de Dennis Oland, Lisa, a déposé des vêtements - deux vestons, un pantalon et 16 chemises - chez le nettoyeur à sec à 9 h 08, le 8 juillet 2011. Douze heures plus tôt, Dennis Oland se faisait questionner par la police de Saint-Jean relativement à sa possible implication dans le meurtre de son père.

Parmi les vêtements, il y avait le fameux veston brun que Dennis Oland portait le soir où son père a été tué. Il s’agit d'un élément de preuve essentiel pour la Couronne, puisque des analyses médico-légales ont démontré que des traces de sang qui concordent avec l’ADN de la victime ont été retrouvées sur le veston.

Cette image, prise d'une vidéo de surveillance, montre Dennis Oland portant des pantalons beiges et un veston foncé, le soir où son père aurait été tué. Cette image, prise d'une vidéo de surveillance, montre Dennis Oland portant un veston brun le soir où son père a été tué. Photo : Pièce à conviction

Ce veston a donc naturellement fait son entrée au nouveau procès. Une employée de la cour l’a transporté dans la salle d’audience, enveloppé dans un sac de plastique, quelques minutes avant l’arrivée du juge, mardi matin.

L’étiquette du nettoyeur à sec était encore attachée au veston lorsque la police l’a saisi. La copropriétaire de VIP Dry Cleaners, Jinhee Choi, a confirmé que l’étiquette ressemble à celles qu’ils utilisent au magasin.

Lors de son témoignage, elle a affirmé ne pas avoir remarqué de sang sur le veston. Elle a ajouté qu'elle se souviendrait avoir vu du sang sur des vêtements s'il y en avait eu. L’avocat principal de Dennis Oland, Alan Gold, lui a spécifiquement demandé si elle disait la vérité, ce à quoi la témoin a répondu oui.

Demander un service rapide ne rend pas coupable, selon la défense

Jinhee Choi a aussi dû répondre à des questions concernant la demande de Lisa Oland pour que les vêtements soient prêts rapidement, soit dès le lendemain, alors que l’entreprise offre habituellement le service en deux jours.

La défense a déjà dit que Dennis Oland avait besoin de son veston pour des funérailles le lendemain. Elle a aussi démontré que ce n'était pas la première fois que Lisa Oland demandait un service plus rapide.

Alan Gold a tenté de démontrer que les Oland n'ont pas tenté de cacher quoi que ce soit en déposant des vêtements chez le nettoyeur, puisqu'ils auraient pu demander de ravoir les vêtements beaucoup plus rapidement afin d'effacer toutes traces d'un crime.

L'un des copropriétaires du nettoyeur où le veston brun de Dennis Oland a été nettoyé, Yang Hwan Nam.L'un des copropriétaires du nettoyeur où le veston brun de Dennis Oland a été nettoyé, Yang Hwan Nam. Photo : Radio-Canada

Le conjoint de Jinhee Choi et copropriétaire, Yang Hwan Nam, a également témoigné en début d'après-midi.

Yang Hwan Nam a longuement été questionné sur un produit qui aurait pu être utilisé pour retirer des taches de sang. Cependant, il ne se souvient pas avoir vu du sang sur le veston. La défense a également souligné que la police lui a seulement demandé de faire une déclaration en février 2015, soit plus de trois ans après les faits.

Jinhee Choi et Yang Hwan Nam ont répondu aux questions des avocats par l’entremise d’une interprète coréenne venue la Colombie-Britannique pour l’occasion.

La défense voulait exclure des preuves le veston brun

Les avocats de Dennis Oland ont voulu que les preuves médico-légales tirées de son veston brun taché de sang soient jugées irrecevables lors de son nouveau procès pour meurtre non prémédité. Le juge a finalement décidé que le veston doit être pris en compte.

Lors d'une audience préliminaire en février, la défense s’est opposée à l’inclusion des preuves provenant des analyses médico-légales du veston saisi dans la garde-robe de Dennis Oland après le meurtre de son père, Richard Oland.

La défense a également tenté de faire exclure du nouveau procès la déposition faite par Dennis Oland aux enquêteurs après le meurtre de son père. Ses avocats ont soutenu que leur client a été détenu psychologiquement par la police et que son témoignage a été obtenu dans des conditions qui ne respectaient pas ses droits fondamentaux.

Richard Oland, a été trouvé sans vie le matin du 7 juillet 2011 dans son bureau du centre-ville de Saint-Jean. L'homme d'affaires de 69 ans, ancien dirigeant de la brasserie Moosehead, a été battu à mort.

Son fils, Dennis Oland, a été inculpé de meurtre au deuxième degré en 2013. Il a été condamné en 2015, mais le verdict du jury a été annulé en appel en 2016, et un nouveau procès a été ordonné.

Avec des informations de Bobbi-Jean MacKinnon

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites