•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef de police de Toronto prêt à recueillir des données raciales

Photo du chef de police de Toronto, Mark Saunders, derrière un micro de CBC.
Le chef de police de Toronto, Mark Saunders, au micro de CBC Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Au lendemain de la publication d'un rapport accablant sur ce que certains ont qualifié de « racisme anti-Noir » de la police de Toronto, le chef du service Mark Saunders affirme « ne pas s'opposer » à la compilation de statistiques sur l'origine ethnique des personnes arrêtées, blessées ou tuées par la police.

Selon le rapport de la Commission ontarienne des droits de la personne, les personnes noires sont près de 20 fois plus susceptibles d'être abattues par des policiers de Toronto que les personnes blanches, bien que les Noirs représentent moins de 9 % de la population.

En entrevue à CBC, M. Saunders a répondu que ces cas étaient extrêmement rares par rapport à toutes les autres interventions policières qui se déroulaient sans problème, mais tout en ajoutant que le racisme existe partout dans notre société.

Le profilage racial est illégal et ne fait pas partie de nos pratiques, a assuré le chef de police. Il a toutefois dit que ses agents devaient être super prudents pour s'assurer de ne pas cibler certains groupes.

Ce qui me préoccupe le plus, c'est le fait qu'un segment de la population noire ne fait pas confiance à la police.

Mark Saunders, chef de police de Toronto

Statistiques raciales

La Commission des droits de la personne incite la police de Toronto à compiler des données relatives aux personnes de couleur pour l'ensemble de ses interpellations, fouilles, détentions et recours à la force et de les rendre publiques.

Le chef Saunders s'est dit ouvert à cette recommandation, mais veut d'abord en analyser les ramifications juridiques.

Tout ce qu'on peut faire en tant qu'agence pour améliorer nos relations avec la communauté, je suis en faveur, a-t-il dit.

Il est décourageant de voir que la situation se répète après des décennies durant lesquelles notre communauté a fait l'objet de tant d'études semblables et que rien n'a changé dans le traitement des nôtres, a affirmé Valarie Steele du Comité d'action et de défense des Noirs, après la publication du rapport de la Commission des droits de la personne.

La brutalité policière fait partie de notre quotidien depuis plus de 30 ans. Ce racisme anti-Noir est devenu intergénérationnel, il contribue à l'échec de notre communauté, a-t-elle ajouté.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Minorités culturelles