•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police sommée de remettre son rapport d'enquête sur une 9e victime potentielle de Wettlaufer

Elizabeth Wettlaufer après une comparution au Palais de justice de Woodstock en janvier 2017
Elizabeth Wettlaufer a été condamnée à la prison à vie pour les meurtres de huit années. Photo: La Presse canadienne / Dave Chidley

La famille d'une aînée morte en 2014 dans un foyer où travaillait l'ex-infirmière et tueuse en série Elizabeth Wettlaufer attend toujours le rapport d'enquête de la police de London, trois semaines après avoir obtenu une ordonnance de la cour pour forcer le corps policier à lui divulguer, a appris CBC.

Florence Beedall est morte à l'âge de 75 ans au centre de soins de longue durée Meadow Park de London le 23 août 2014.

Wettlaufer a admis avoir injecté une dose létale d'insuline le même jour à un autre patient du foyer, soit Arpad Horvath.

La police a enquêté sur la mort de Mme Beedall, mais les conclusions de son investigation n'ont jamais été rendues publiques et aucune accusation n'a été déposée.

Ses proches ont tenté en vain d'obtenir le rapport d'enquête en citant des raisons humanitaires, avant de se tourner vers les tribunaux.

Le service de police de London est en discussion présentement avec l'avocat de la famille au sujet des détails de l'ordonnance [de la cour] et de l'ordonnance elle-même, indique la porte-parole Sandasha Bough.

Pour sa part, la famille Beedall a refusé de commenter.

Les victimes de Wettlaufer

Photo de Susan Horvath qui montre une photo de son père défunt, à l'extérieur du palais de justice à Woodstock.Susan Horvath tient la photo de son père défunt, Arpad, l'une des victimes de Wettlaufer. Photo : La Presse canadienne / Dave Chidley

Les policiers ont toujours maintenu qu'Arpad Horvath était la huitième et dernière victime de Wettlaufer.

L'ex-infirmière a aussi confessé avoir tué de 2007 à 2014 dans des foyers où elle travaillait James Silcox, 84 ans, Maurice (Moe) Granat, 84 ans, Gladys Millard, 87 ans, Helen Matheson, 95 ans, Mary Zurawinski, 96 ans, Helen Young, 90 ans et Maureen Pickering, 79 ans.

Elle a également admis avoir tenté de tuer ou de faire du mal à six autres patients grâce à des injections d'insuline.

Dans bien des cas, la police dépend des confessions de Wettlaufer pour identifier ses victimes, faute de preuves. L'insuline se dissipe rapidement du corps après la mort.

Or, Wettlaufer n'a jamais admis avoir tué Mme Beedall, selon la porte-parole de la Police provinciale Carolle Dionne.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Homicide