•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un second vote sans unanimité au conseil municipal de Rimouski

Le conseiller de Pointe-au-Père, Jacques Lévesque, et le maire de Rimouski, Marc Parent.
Le conseiller de Pointe-au-Père, Jacques Lévesque, et le maire de Rimouski, Marc Parent. Photo: Radio-Canada / Denis Leduc
Radio-Canada

Des conseillers municipaux de Rimouski ont voté pour une seconde fois en moins d'un mois contre une motion lors de l'assemblée de lundi soir. Jacques Lévesque et Cécilia Michaud ont dénoncé l'augmentation de l'âge requis pour bénéficier du rabais pour aînés dans la nouvelle politique de tarification pour les services de loisir, de culture et de vie communautaire.

Un texte d’Édith Drouin

Les neuf autres conseillers municipaux ont appuyé la motion, qui a été adoptée à majorité. À partir de 2019, l’âge requis pour obtenir la tarification pour personnes aînées passera donc de 55 à 60 ans.

Le conseiller municipal de Pointe-au-Père, Jacques Lévesque, a tenu à signifier que ce changement était critiqué par les citoyens touchés par la mesure et par les corporations de loisir de chaque quartier.

Cela a pour effet de provoquer une hausse de tarification pour les aînés de 55 à 59 qui varie de 41 et 45 % selon les activités.

Jacques Lévesque, conseiller municipal de Pointe-au-Père à Rimouski

De son côté, le maire de Rimouski, Marc Parent, a défendu que le rabais pour les aînés était plus substantiel à Rimouski que dans bien d’autres villes et que le tarif pour aînés était même équivalent au tarif étudiant.

Même avec une tarification qui commence à l’âge de 60 ans, on peut facilement penser que les séniors, pendant un quart de siècle, profiteront de cette tarification étudiante là.

Marc Parent, maire de Rimouski

Il ajoute que plusieurs autres villes au Québec appliquent le rabais pour aînés à partir de 60 et même 65 ans.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale