•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nombreux défis attendent le CIUSSS de l'Estrie-CHUS en 2019

Des infirmières et la civière d'un patient le long d'un corridor d'hôpital.
Corridor d'un hôpital. Photo: Shutterstock / John Panella

Diminuer le temps d'attente à l'urgence, améliorer la qualité des soins et augmenter le soutien à domicile : le CIUSSS de l'Estrie – CHUS s'était doté de 33 cibles dans le cadre de son plan annuel. Pour le moment, seulement six d'entre elles ont été atteintes. La direction souligne que les signes d'amélioration sont notables, surtout dans un contexte où la clientèle augmente partout sur son territoire.

Un texte de Louis-Philippe Bourdeau

Présenté lors du conseil d'administration lundi, le tableau de bord - mis en place afin de faire état de la performance globale du réseau – laisse apparaître plusieurs losanges rouges; signe que les résultats ne sont pas encore à la hauteur des attentes fixées à l’interne ou par le ministère de la Santé.

En exemple, le nombre d’heures supplémentaires a bondi de 17 % et il y a toujours 200 personnes en attente d’une chirurgie hors délais, alors que la cible est de zéro.

Il manque encore plus de 300 000 heures de service en soutien à domicile pour atteindre la cible du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. Seule une demande en imagerie médicale sur deux est en attente de moins de trois mois.

Malgré tout, le président-directeur général adjoint, Stéphane Tremblay, demeure optimiste. Dès le départ, il était conscient que certaines cibles seraient difficiles à atteindre.

On a réussi au cours de l’année à atteindre des niveaux d’amélioration comme on n’avait pas vu avant. C’est important, souligne-t-il. Ça touche les salles d’urgence et les soins à domicile. Ça touche les ressources humaines.

Le tiers des indicateurs affichent une amélioration, neuf sont restés stables. Stéphane Tremblay reconnaît que le quart des indicateurs se sont détériorés et que les défis s’annoncent nombreux pour la prochaine année.

Les ressources humaines, c’est un chantier important. Les heures supplémentaires et l’assurance salaire restent très élevées. On voulait ramener les gens au travail, mais on n’a pas réussi à le faire.

Un groupe de travail est d’ailleurs en cours pour proposer des solutions afin de recruter davantage d’employés, mais aussi de s'assurer de les retenir et de leur offrir un environnement de travail sain.

Un préposé au bénéficiaire pousse un patient sur une civière. Un préposé au bénéficiaire pousse un patient sur une civière. Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Une première en Estrie

Pour une première fois en Estrie, la durée moyenne de séjour pour la clientèle sur civière à l’urgence respecte la cible ministérielle de 12 heures. C’est un succès pour l’ensemble de l’équipe. Il y a eu du travail avec les GMF et du référencement de patients par exemple, explique-t-il.

Les pratiques d’hygiène des mains atteignent maintenant un taux de conformité de 77 %. C’était de 58 % en mars dernier. Le taux de satisfaction des usagers envers leurs soins et services a largement atteint sa cible.

Le nombre de personnes desservies en soutien à domicile se rapproche de l'objectif. L’écart entre le besoin de ressources humaines et le recrutement s’est aussi rétréci.

Sans être capable de corriger les situations très rapidement. On est en mesure de se mettre en action plus rapidement et de façon plus concertée qu’on le faisait avant.

Stéphane Tremblay, président-directeur général adjoint,

Les différentes équipes de direction suivent l’évolution des indicateurs du tableau de bord aux deux semaines. Le tableau de bord nous donne un moyen de travailler de manière concertée et de nous entendre sur les prochains gestes à poser.

Pour diverses raisons, quatre cibles sur 33 n’ont pas été comptabilisées par le CIUSSS.

Estrie

Établissement de santé