•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un système d'alerte tente d'éviter les collisions entre navires et baleines

Une baleine qui sort la tête de l'eau à côté d'un bateau.
Une baleine à bosse sort de l'eau au large de Comox en Colombie-Britannique. Photo: LifeforceEcology/YouTube

Un nouveau système d'alerte prévient les grands navires de la présence de baleines dans les eaux qu'ils naviguent en Colombie-Britannique afin de réduire le nombre de baleines heurtées par mégarde.

Dernièrement, une baleine à bosse a été retrouvée morte près de Tsawwassen avec des blessures qui semblent avoir été provoquées par une collision avec un gros navire.

Plus de 10 000 de ces bâtiments naviguent tous les ans le long de la côte et les experts veulent réduire le risque de telles collisions avec le Système de signalisation des baleines (Whale Report Alert System).

« Le problème semble prendre de l’ampleur », affirme Lance Barrett-Lennard, un scientifique principal de mammifères marins à l’Institut de recherche océanographique de la côte.

L’alerte avertit les bateaux par message texte si une baleine a été aperçue autour d'eux dans les trois dernières heures dans un rayon de 18,5 km. Les capitaines peuvent observer l’emplacement de la baleine et d’autres détails sur une carte.

« Souvent, ils utilisent ces renseignements et ralentissent ou se déplacent de manière latérale afin d’éviter les baleines », explique M. Barrett-Lennard.

Cela fait plusieurs années que l’Institut de recherche océanographique de la côte dirige un programme semblable nommé Réseau des observations de cétacés de la Colombie-Britannique (B.C. Cetacean Sightings Network).

Au total, le réseau a recueilli environ 130 000 observations de baleines faites par des bénévoles.

Nous avons élaboré une façon de transmettre en temps réel les informations sur la présence des baleines.

Lance Barrett-Lennard

Douze populations de baleines en Colombie-Britannique sont en danger. Les rorquals sont particulièrement vulnérables aux navires parce qu’ils sont distraits quand ils se nourrissent à la surface, explique M. Barrett-Lennard.

Il s’inquiète aussi pour les baleines à bosse et les épaulards résidents de la côte sud.

L’Institut de recherche océanographique de la côte espère avoir une idée de l’efficacité du système d’alerte d’ici six à huit mois.

Colombie-Britannique et Yukon

Faune marine