•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec « ne comprend pas » l'industrie pétrolière selon des leaders albertains

Joe Ceci est debout au micro devant une rangée de drapeaux provinciaux.

Le ministre des Finances de l'Alberta, Joe Ceci, demande que le programme de péréquation soit revu.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Des leaders de l'Alberta dénoncent la résistance du gouvernement québécois à un projet de pipeline pour transporter le pétrole de l'Ouest canadien à travers le Québec.

Le manque de volonté du gouvernement de François Legault démontre qu'il « ne comprend évidemment pas » l'industrie pétrolière, a déclaré le ministre des Finances de l'Alberta, Joe Ceci, en marge d'une rencontre avec ses homologues à Ottawa, lundi.

Joe Ceci a défendu ce que François Legault a qualifié d'« énergie sale » lors de la rencontre des premiers ministres, vendredi.

« Nous avons innové pour réduire l'empreinte carbone du baril de pétrole et nous allons continuer de le faire », a lancé Joe Ceci.

L'Alberta, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick veulent raviver le projet d'oléoduc Énergie Est, qui traverserait le Québec. François Legault, pour sa part, a refusé le projet en soulignant que le Québec pouvait vendre de « l'énergie propre à un prix compétitif ».

Jason Kenney est sous le choc

La position du premier ministre québécois est « tout simplement incroyable », selon le chef de l'opposition en Alberta, Jason Kenney, qui a exprimé son désarroi à plusieurs reprises lundi sur les réseaux sociaux.

Jason Kenney parle devant des drapeaux albertains et canadiens. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef du parti conservateur uni de l'Albert, Jason Kenney, demande des élections au début du mois de mars.

Photo : Radio-Canada

Les Québécois conduisent, eux aussi. Alors qu'est-ce que François Legault essaye de dire, exactement? Est-ce qu'il veut étouffer l'économie du Québec? Est-ce qu'il dira aux citoyens de ranger leurs voitures?

Jason Kenney, le chef du Parti conservateur uni

Le chef du Parti conservateur uni critique également la formule de péréquation actuelle qui, selon lui, favorise les Québécois aux dépens des Albertains qui font face à des difficultés économiques.

La péréquation cause de l'insatisfaction

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a annoncé lundi matin que la formule de péréquation ne changera pas au cours des quatre prochaines années.

De 2019 à 2020, le gouvernement fédéral versera près de 20 milliards de dollars à cinq provinces en vertu du programme de péréquation. Le Québec fait partie des bénéficiaires, contrairement à l'Alberta.

La somme de 13,1 milliards de dollars que recevra le Québec fait sourciller Joe Ceci et Jason Kenney, deux politiciens de camps adverses qui, pour une rare fois, partagent la même opinion : il faut, selon eux, que le programme de péréquation soit revu.

Un appel au boycottage

En réaction aux commentaires de François Legault, l'ancien chef du parti Wildrose, Brian Jean, a lancé sur les réseaux sociaux un appel au boycottage des produits québécois.

L'ancien chef du parti Wildrose, Brian Jean, parle au micro.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Jean a demandé à Jason Kenney de faire cesser des attaques contre lui.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Dans une publication Facebook qui a été partagée plus de 10 000 fois, Brian Jean écrit ce qui suit :

« Le premier ministre du Québec dit que l'acceptabilité sociale du pétrole n'existe pas au Québec, et pourtant il profite des paiements de transfert financés par le pétrole de l'Alberta. Le Québec reçoit près de 60 % de la péréquation. L'heure est venue pour les Albertains de boycotter les produits du Québec. »

- Brian Jean

Dans une entrevue téléphonique avec Radio-Canada, Brian Jean a réclamé des excuses de la part du premier ministre québécois.

« Quand on tente de bousculer les Albertains, il peut y avoir des conséquences. M. Legault doit s'excuser auprès d'eux », a-t-il dit.

Avec les informations de La Presse canadienne

Alberta

Politique provinciale