•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boutiques de marijuana : le conseil municipal de Toronto doit débattre de la question

Cannabis Culture a ouvert un dispensaire de marijuana thérapeutique à Toronto en août.
Le conseil municipal de Toronto doit décider le 13 décembre s'il autorisera la vente au détail du cannabis dans des magasins. Photo: Radio-Canada / CBC

Chris Murray, le directeur municipal de Toronto, recommande au conseil municipal de donner son aval aux boutiques de cannabis agréées par la province. Les municipalités ont jusqu'au 22 janvier pour signaler leur intention de participer ou non au programme du gouvernement de l'Ontario.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Le haut fonctionnaire souligne dans son rapport qu’interdire la vente au détail de la marijuana aurait comme conséquence inattendue d’encourager et de prolonger les activités du marché illégal.

M. Murray estime, par ailleurs, que cela saperait les efforts de tous les gouvernements pour empêcher l’accès et la vente du cannabis aux jeunes de moins de 19 ans.

Un renforcement de l’application des lois par les autorités municipales et policières serait aussi exigé pour lutter contre les commerces illicites.

Dire non aux boutiques de marijuana n’est pas une solution pratique pour Toronto.

John Tory, maire de Toronto

Le maire John Tory est toutefois préoccupé par la possibilité que ces commerces se trouvent à 150 mètres des écoles et par l’absence de réglementation concernant leur proximité aux centres communautaires.

Il s’engage à faire pression auprès de la province afin que les municipalités disposent de plus de pouvoir pour contrôler notamment leur emplacement.

Cadre réglementaire

Le gouvernement conservateur de Doug Ford a établi un modèle de vente au détail de cannabis très différent de celui proposé en 2017.

Sous ce nouveau régime, les détaillants agréés par la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (CAJO) pourront ouvrir jusqu’à 75 boutiques chacun pourvu qu’ils se conforment aux règlements établis par la loi provinciale.

Selon l'opinion juridique de la Ville de Toronto, le nombre, l’emplacement et la concentration des magasins privés de marijuana relèvent entièrement de la compétence du gouvernement ontarien.

Un homme assis dans son bureau.Le conseiller municipal Gord Perks. Photo : Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

Le conseiller municipal de Parkdale-High Park, Gord Perks, dit que ce modèle de commercialisation du cannabis mènera tout droit au désastre. Il incite les élus à faire preuve de prudence.

Nous devons examiner d’autres options avant de participer au programme de la province.

Gord Perks, conseiller municipal, Toronto

M. Perks ajoute qu’il y aura des boutiques de marijuana à Toronto dans un avenir rapproché. Mais pour l’instant, il faut s’assurer que les règlements sont équitables pour tous les résidents.

Par ailleurs, le gouvernement Ford prévoit une forte demande de permis jusqu’au 1er avril.

Compensation

La province a annoncé qu’elle versera 40 millions de dollars aux municipalités de l’Ontario au cours des deux prochaines années pour éponger les coûts de la mise en oeuvre de la légalisation du cannabis. Les versements seront calculés en fonction du nombre d’habitants par municipalité.

En janvier, Toronto devrait recevoir un peu plus de 3 millions de dollars. Un autre versement est aussi prévu après le 22 janvier.

Un homme assit devant une plante et une fenêtreLe conseiller municipal Brad Bradford. Photo : Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

Brad Bradford, le nouveau conseiller de Beaches-York Est, est aussi préoccupé par l’impact des boutiques de cannabis dans les quartiers.

Il n’y a aucun doute que nous allons avoir besoin de ce financement pour appliquer la loi.

Brad Bradford, conseiller municipal, Toronto

M. Bradford ajoute qu’il appuie le rapport du directeur municipal, mais qu’il aimerait bien que Toronto ait plus de pouvoirs afin de mieux contrôler les impacts négatifs dans certains quartiers.

Les élus municipaux débattront du rapport lors de leur réunion du 13 décembre.

Toronto

Politique municipale