•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario dit avoir payé sa cotisation à l'Organisation internationale de la Francophonie

Des gens réunis dans la cour intérieure d'un édifice parisien
Le premier ministre Justin Trudeau et la secrétaire générale sortante Michaëlle Jean lors d'une rencontre au Secrétariat de l'OIF à Paris. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Radio-Canada

Le gouvernement de l'Ontario affirme avoir versé sa contribution à l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) pour l'année 2018.

De son côté, l'OIF dit avoir reçu en janvier dernier le paiement de 2017, mais pas encore celui de 2018.

MISE À JOUR

Le 14 décembre 2018, l'OIF a confirmé à Radio-Canada qu'elle avait bien reçu la cotisation de l'Ontario pour 2018.

Lundi, à l'émission L'Heure de pointe diffusée sur Ici Première, le porte-parole de la secrétaire générale de la Francophonie, Bertin Leblanc a affirmé qu'il n'est pas exceptionnel que la cotisation des membres soit payée au cours de l'année suivante. Parfois, les versements peuvent être échelonnés, mais jamais un membre de l'OIF n'a été exclu parce qu'il n'avait pas payé sa cotisation annuelle.

L'Ontario a obtenu en novembre 2016 le statut d'observateur lors du sommet tenu à Madagascar.

La ministre déléguée aux Affaires francophones de l'époque, la libérale Marie-France Lalonde, y avait prononcé un discours au cours duquel elle avait déclaré que la province était « honorée » que sa demande d'adhésion ait été entérinée.

En 2016 et 2017, l'Ontario a versé des cotisations d'environ 15 000 $ à l'OIF.

Bertin Leblanc, porte-parole de l'OIFBertin Leblanc, porte-parole de l'OIF Photo : Twitter/Bertin Leblanc

L'an dernier, la province avait aussi donné 300 000 $ de plus à l'organisation, « ce qui était un geste assez exceptionnel pour un membre observateur », souligne Bertin Leblanc.

Ça donnait un signal assez fort de l'investissement et des intentions du gouvernement ontarien dans son implication dans la francophonie.

Bertin Leblanc, porte-parole de l'Organisation internationale de la Francophonie

L'argent a financé des projets d'entrepreneuriat pour les femmes dans 13 pays africains.

La ministre des Affaires francophones Caroline Mulroney en mêlée de presseLa ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le directeur des communications du bureau de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, insiste dans un courriel sur le fait que la cotisation statutaire faite en début d'année était bien pour 2018. Toutefois, selon Jesse Robichaud, la province ne fera pas de contribution volontaire supplémentaire cette année, en raison de l’état des finances publiques.

Il ajoute que la priorité du gouvernement « est d’appuyer les Franco-Ontariennes et les Franco-Ontariens ici en Ontario ».

La députée libérale Marie-France Lalonde au podium devant les drapeaux ontarien et canadienLa députée libérale Marie-France Lalonde Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La députée libérale Marie-France Lalonde croit que le gouvernement ontarien doit montrer son engagement envers l'OIF.

Lorsqu'on avait posé la question en Chambre, la ministre Mulroney s'était avancée à dire que c'était peut-être pas la place de l'Ontario, c'était peut-être plus le Canada. Donc c'est pas surprenant malheureusement.

La députée libérale Marie-France Lalonde

L'absence de la ministre Caroline Mulroney du dernier sommet n'a pas surpris l'OIF, qui avait été avertie et comprenait que l'Ontario, en octobre, était encore en période de transition à la suite du changement de gouvernement.

Michaëlle JeanMichaëlle Jean, le 11 octobre 218, alors qu'elle était encore à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Dans une lettre ouverte publiée par Le Droit, la secrétaire sortante Michaëlle Jean a dénoncé les compressions aux services en français et la suspension du projet d'Université de l'Ontario français. Il s'agit, selon M. Leblanc, d'une prise de position personnelle.

« Nous sommes et nous serons! » par Michaëlle Jean by Radio-Canada on Scribd

Les compressions aux services en français inquiètent l'OIF, mais pas excessivement.

C'est un peu tôt pour décréter qu'il y a une alerte définitive sur la francophonie. Je vous rappelle qu'au Canada , il y a l'état fédéral, le Québec et le Nouveau-Brunswick qui sont membres. On reste sereins et vigilants.

Bertin Leblanc, porte-parole de l'Organisation internationale de la Francophonie

Une version précédente de ce texte a été publiée avec le titre L'Ontario n'a pas payé sa cotisation à l'OIF. Le titre et les premiers paragraphes ont été changés pour refléter les affirmations du gouvernement de l'Ontario selon lesquelles la contribution de la province à l'OIF a été payée pour 2018.

Politique provinciale

Politique