•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec 21 critique le budget Labeaume

Le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin.
Le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin. Photo: Radio-Canada / Marc-André Turgeon
Radio-Canada

Québec 21 estime que le budget 2019 de la Ville de Québec fait fausse route. Le chef du parti Jean-François Gosselin croit que l'administration de Régis Labeaume aurait dû épargner les commerçants.

« Nous continuons de demander un gel de taxes pour les commerçants. Les commerçants ont envoyé un cri du coeur sincère qu'ils demandaient un gel de taxes. Leurs taxes ont été augmentées de beaucoup depuis l'arrivée de monsieur Labeaume au moins du double, du triple dans certains cas », a dénoncé Jean-François Gosselin, lundi après-midi.

On aurait du envoyer un signal clair à nos commerçants, leur dire merci et d'y aller avec un gel de taxes, parce que les commerçants depuis dix ans leurs taxes ont doublé ont triplé dans certains cas.

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

« C'est un choix politique c'est le choix de M. Labeaume. Nous, c'est un choix différent que nous aurions fait », insiste-t-il.

Mais pour la Chambre de commerce et de l'industrie de Québec, le maire Labeaume a tenu parole avec une hausse de taxes limitée à l'inflation. Le regroupement salue aussi l'engagement de la Ville de rendre le compte de taxes plus prévisible pour les commerçants.

Au-delà de l'impôt foncier, Mme Bédard souligne que les préoccupations de ses membres sont ailleurs.

« Actuellement, je pense que l'enjeu majeur la préoccupation pour nos gens pour nos membres c'est la main d'œuvre. »

Pour Démocratie Québec, le budget 2019 est « très raisonnable ».

Le conseiller Jean Rousseau s'inquiète toutefois du manque de mesures de compensation pour les commerçants qui seront victimes des grands chantiers à venir.

« La Ville de Montréal a mis en place un système de compensation en fonction des pertes de revenus via les grands travaux. Je crois que là-dessus, il y aurait un effort à faire », conclut M. Rousseau.

Québec

Politique municipale