•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux de la Francophonie : « On a fait le travail qui nous a été demandé », affirme le comité organisateur

Éric Mathieu Doucet en conférence de presse.
Éric Mathieu Doucet, président du comité national organisateur des IXes Jeux de la Francophonie. Photo: Radio-Canada / Margaud Castadère
Radio-Canada

« Je peux dire que c'est l'ancien gouvernement qui a déposé une candidature pour les Jeux de la Francophonie », répond Éric Mathieu Doucet, président du comité organisateur, lorsqu'on lui demande qui est responsable du dépôt de candidature avec un budget trop peu élevé.

Le comité organisateur des Jeux de la Francophonie internationale de Moncton-Dieppe assure ne pas être responsable de l'explosion des coûts de l'événement. Il a compris l'ampleur « de ce que c'est d'organiser des jeux internationaux » après avoir accepté son mandat, assure son président, Éric Mathieu Doucet.

Le comité organisateur a été mandaté par le gouvernement libéral de Brian Gallant pour développer un plan d'affaires, explique-t-il.

On a accepté le mandat comme tel. Une fois que le plan d’affaires était en action, on a commencé à voir les chiffres réels. C’est une fois qu’on avait accepté le mandat qu’on s’est rendu compte de l’ampleur de ce que c’est d’organiser des jeux internationaux.

Éric Mathieu Doucet, président du comité organisateur des Jeux de la Francophonie internationale Moncton-Dieppe en 2021

Il se dit maintenant disposé à travailler avec le gouvernement pour arriver à un scénario qui pourrait réduire le tout sans nuire aux Jeux comme tels et au rayonnement de notre province.

Le Parti libéral n'a pas répondu à la demande d'entrevue de Radio-Canada pour l'instant.

Un budget développé avec des consultants internationaux

Le Nouveau-Brunswick a soumis sa candidature en 2015 et a été choisi en 2016. Il a ensuite mandaté le comité national organisateur de développer un plan d'affaires.Notre premier rôle c'était d'exactement ventiler quel serait le montant requis pour organiser les Jeux de la Francophonie internationale, explique Éric Mathieu Doucet.

Le plan d'affaires proposé comprend :

  • 84 millions de dollars en opérations (75 millions en argent et 9 millions en biens et services) ;
  • 36 millions en infrastructures (dont 24 millions en investissements essentiels), ce qui ne comprend pas de nouvelles infrastructures, mais des travaux sur des infrastructures existantes ;
  • 10 millions en sécurité (mais cette partie du budget, qui est évaluée par les autorités, pourrait être revue).

Pour ce faire, le comité a travaillé avec des consultants internationaux qui sont des experts à monter des événements sportifs et culturels d'envergure. Après quelques mois de travail, un plan a été déposé aux bailleurs de fonds. Le gouvernement fédéral a ensuite embauché un autre consultant indépendant pour revoir l'entièreté du plan d'affaires. Cet examen s'est terminé en septembre dernier, deux semaines avant les élections, précise Éric Mathieu Doucet. Il n'a toutefois pas précisé quelle est la conclusion de cet examen, à l'exception qu'il comprend d'autres options au financement des jeux.

Nous avons construit un budget qui assure le succès des Jeux tout en faisant honneur au Nouveau-Brunswick, au Canada, et ce, sans tomber dans l'excès.

Éric Mathieu Doucet, président du comité organisateur des Jeux de la Francophonie internationale Moncton-Dieppe en 2021

Il assure enfin que les Jeux de la Francophonie de Moncton-Dieppe en 2021 engendreront des retombées économiques de 165 millions de dollars au Canada, dont 148 millions au Nouveau-Brunswick. Ces prévisions ne comprennent pas les retombées des événements tests qui auront lieu avant l'événement, de la promotion de la région auprès des étudiants internationaux, d'immigrants potentiels et de la visibilité des artistes acadiens.

Nouveau-Brunswick

Société